Éphésiens

Éphésiens 3:13-21

13 C'est pourquoi je [vous] prie de ne pas perdre courage à cause de mes afflictions pour vous, ce qui est votre gloire.

Seconde prière de l'apôtre

14 1C'est pour cela que je fléchis mes genoux devant le Père2,
1 les versets 14 à 19 forment une seule phrase dans le texte original. 2 plusieurs manuscrits ajoutent : de notre Seigneur Jésus Christ.

15 de qui toute famille est nommée dans les cieux et sur la terre.

16 [Et c'est] afin que, selon la richesse de sa gloire, il vous donne d'être fortifiés en1 puissance par son Esprit quant à l'homme intérieur,
1 « en » et « par ».

17 pour que le Christ habite, par la foi, dans vos cœurs, [et que vous soyez] enracinés et fondés dans l'amour.

18 [Et c'est] afin que vous soyez capables de comprendre avec tous les saints quelle est la largeur et la longueur, et la hauteur, et la profondeur

19 — et de connaître l'amour du Christ qui surpasse toute connaissance — afin que vous soyez remplis jusqu'à toute la plénitude de Dieu.1
1 les versets 14 à 19 forment une seule phrase dans le texte original.

20 Or à celui qui peut, au-delà de toute mesure, faire infiniment plus que ce que nous demandons ou pensons, selon la puissance qui opère en nous,

21 à lui [soit la] gloire dans l'Assemblée et dans le Christ Jésus, pour toutes les générations du siècle des siècles ! Amen.)1
1 tout le chapitre 3, depuis le verset 2, forme une parenthèse.

Cette nouvelle prière de l'apôtre est adressée au «Père de notre Seigneur Jésus Christ» (v. 14; comp. ch. 1 v. 16, 17 ep 1.15-20). Que «Celui qui peut, au-delà de toutes choses, faire infiniment plus que ce que nous demandons ou pensons» (v. 20) l'exauce pour chacun de nous! Qu'Il nous donne de comprendre quelque chose de sa gloire en tous sens insondable et éternelle! Mais si grandes que soient les perspectives de cette gloire, elles ne fixent et ne retiennent pas nos affections. C'est pourquoi l'apôtre ajoute sans transition: «et de connaître l'amour du Christ…». Supposez que je sois soudain transporté dans le palais d’un roi, j'y serais sans doute ébloui et dépaysé. Mais si je retrouve là mon meilleur ami en découvrant que c’est Lui le roi, aussitôt je me sentirai heureux et à mon aise. Il en est ainsi de la gloire: c'est celle de Jésus que nous aimons.

Avec l'apôtre, demandons que Son Esprit fortifie notre «homme intérieur». Si Christ habite en nous (v. 17), ce n'est rien moins que «toute la plénitude de Dieu» qui nous remplira (v. 19; Col. 2:9, 10 cl 2.8-12) et avec elle la puissance, l'amour, la foi, l'intelligence. Chers amis, le Père nous a fait place dans sa maison (ch. 1 et 2). Avons-nous fait place à Jésus dans notre cœur?