Actes des Apôtres

Actes 23:1-15

Paul devant le sanhédrin

23 Et Paul, ayant fixé les yeux sur le sanhédrin, dit : « Hommes frères, je me suis conduit, moi, en toute bonne conscience devant Dieu jusqu'à ce jour… »

2 Mais le souverain sacrificateur Ananias ordonna à ceux qui se tenaient près de lui de le frapper sur la bouche.

3 Alors Paul lui dit : « Dieu te frappera, paroi blanchie ! Es-tu, toi, assis là pour me juger selon la Loi ? Et, contrairement à la Loi, tu ordonnes que je sois frappé. »

4 Et ceux qui se tenaient là dirent : « Tu insultes le souverain sacrificateur de Dieu ? »

5 Mais Paul dit : « Je ne savais pas, frères, que c'était le souverain sacrificateur, car il est écrit : "Tu ne parleras pas mal du chef de ton peuple."1 »
1 Exode 22:27.

6 Puis Paul, sachant qu'une partie [d'entre eux] était des Sadducéens et l'autre des Pharisiens, s'écria dans le sanhédrin : « Hommes frères, moi, je suis Pharisien, fils de Pharisien. Je suis mis en jugement pour l'espérance et la résurrection des morts. »

7 Et quand il eut dit cela, il s'éleva une dispute entre les Pharisiens et les Sadducéens, et la multitude fut divisée.

8 Car les Sadducéens disent qu'il n'y a pas de résurrection, ni d'ange ni d'esprit, mais les Pharisiens affirment [l'existence de] tout cela.

9 Et il s'éleva une grande clameur, et quelques scribes du parti des Pharisiens se levèrent et contestèrent, en disant : « Nous ne trouvons aucun mal en cet homme. Mais si un esprit lui a parlé ou un ange… »

10 Comme la dispute s'aggravait, le chiliarque, craignant que Paul ne soit mis en pièces par eux, ordonna à la troupe de descendre et de l'enlever du milieu d'eux et de le conduire à la forteresse.

11 Et la nuit suivante, le Seigneur se tint près de lui et dit : « Aie bon courage, car comme tu as rendu témoignage à Jérusalem des choses qui me concernent, de même il faut aussi que tu rendes témoignage à Rome. »

Complot des Juifs contre Paul

12 Et quand le jour fut venu, les Juifs se réunirent secrètement et prirent un engagement, sous peine de malédiction, en disant qu'ils ne mangeraient ni ne boiraient rien jusqu'à ce qu'ils aient tué Paul.

13 Et ceux qui avaient formé cette conspiration étaient plus de 40 [hommes].

14 Et ils allèrent trouver les principaux sacrificateurs et les anciens, et ils dirent : « Nous nous sommes engagés sous peine de malédiction à ne rien manger jusqu'à ce que nous ayons tué Paul.

15 Vous donc, maintenant, avec le sanhédrin, avertissez le chiliarque pour qu'il le fasse descendre vers vous, comme si vous vouliez vous informer plus exactement de ce qui le concerne. Et nous, avant qu'il n'approche, nous sommes prêts à le tuer. »

Le commandant ne s'explique toujours pas la fureur des Juifs contre un homme auquel il ne voit aucun reproche à faire. Pour se renseigner, il fait comparaître son prisonnier devant le sanhédrin. Une parole habile de Paul (mais était-elle par l'Esprit?) met de son côté le parti des pharisiens. La résurrection de Jésus Christ était bien le fondement de sa doctrine et indirectement le motif de l'opposition des Juifs. Mais Paul n'a même pas l'occasion de prononcer le nom de son Sauveur; il a jeté cette pomme de discorde entre les adversaires traditionnels: pharisiens et sadducéens, et le plus grand tumulte s'ensuit dans le sanhédrin. Il faut une fois encore que le commandant mette Paul en sécurité.

Mais après tous ces événements, l'apôtre, seul et découragé, a besoin de réconfort. Le Seigneur lui-même lui rend visite et se tient près de son cher disciple (v. 11). Sans un reproche — au contraire, Il reconnaît le témoignage que Paul vient de rendre à Jérusalem — Il le console et lui rappelle sa vraie mission: annoncer le salut non aux Juifs mais aux nations. Il ira à Rome dans ce but.

Puissions-nous faire nous aussi continuellement l'expérience que «le Seigneur est proche» et que nous n'avons besoin de nous inquiéter de rien (Phil. 4:5, 6 ph 4.4-7; 2 Tim. 4:17 2tm 4.16-18).