Actes des Apôtres

Actes 17:16-34

Paul à Athènes

16 Et comme Paul les attendait à Athènes, son esprit était exaspéré au-dedans de lui en voyant la ville remplie d'idoles.

17 Alors il s'entretenait dans la synagogue avec les Juifs et ceux qui servaient1 [Dieu], et chaque jour sur la place publique avec ceux qui s'y trouvaient.
1 servir, ici : vénérer.

18 Et quelques-uns des philosophes épicuriens et stoïciens se mirent aussi à discuter avec lui. Et les uns disaient : « Que veut dire ce discoureur ? » Et d'autres : « Il semble annoncer des divinités étrangères. » [C'était] parce qu'il leur annonçait1 Jésus et la résurrection.
1 c.-à-d. : annoncer la bonne nouvelle (évangéliser).

19 Et s'étant saisis de lui, ils l'amenèrent à l'Aréopage1, en disant : « Pourrions-nous savoir quelle est cette nouvelle doctrine dont tu parles ?
1 ou : la colline de Mars ; le lieu où un tribunal rendait ses jugements en plein air.

20 Car tu nous fais entendre1 certaines choses étranges. Nous voudrions donc savoir ce que veulent dire ces choses. »
1 littéralement : tu apportes à nos oreilles.

21 Or tous les Athéniens et les étrangers séjournant [à Athènes] ne passaient leur temps à rien d'autre qu'à dire ou à écouter quelque nouvelle.

22 Mais Paul, se tenant au milieu de l'Aréopage1, dit : « Hommes athéniens, je vois qu'en toutes choses vous êtes très attachés au culte des divinités2.
1 ou : la colline de Mars ; le lieu où un tribunal rendait ses jugements en plein air. 2 ou : vous êtes extrêmement religieux.

23 Car en parcourant [votre ville] et en considérant les objets de votre culte, j'ai même trouvé un autel sur lequel était inscrit : "Au dieu inconnu !" Ce que vous honorez donc sans le connaître, c'est ce que moi, je vous annonce.

24 Le Dieu qui a fait le monde et toutes les choses qui y sont, lui qui est le Seigneur du ciel et de la terre, n'habite pas dans des temples1 faits par la main de l'homme.
1 le temple proprement dit, la maison même ; non pas tout l'ensemble des cours et bâtiments sacrés ; comme en Matt. 23:16.

25 Et il n'est pas servi par des mains d'hommes, comme s'il avait besoin de quelque chose, lui qui donne à tous la vie et la respiration et toutes choses.

26 Et il a fait à partir d'un seul [homme]1 toutes les races des hommes pour habiter sur toute la surface de la terre, ayant établi des temps déterminés et les bornes de leur lieu d'habitation.
1 plusieurs manuscrits portent : un seul sang.

27 [C'était] afin qu'ils cherchent Dieu, si tant est qu'on puisse le chercher en tâtonnant et le trouver, bien qu'il ne soit pas loin de chacun de nous.

28 Car en lui nous vivons et nous nous déplaçons et nous sommes, comme aussi quelques-uns de vos poètes ont dit : "Car nous sommes aussi [de] sa race."1
1 citation du poète grec Aratos (3e siècle av. J.-C.)

29 Étant donc [de] la race de Dieu, nous ne devons pas penser que la divinité soit semblable à de l'or ou à de l'argent ou à de la pierre, [c'est-à-dire] à une œuvre sculptée par l'art et l'imagination de l'homme.

30 Dieu donc, étant passé par-dessus les temps de l'ignorance, ordonne maintenant aux hommes que tous, en tous lieux, ils se repentent.

31 Car il a fixé un jour où il doit juger avec justice la terre habitée par l'Homme qu'il a désigné [pour cela]. [Et] il en a donné une preuve certaine à tous en l'ayant ressuscité d'entre les morts. »

32 Mais quand ils entendirent parler de la résurrection des morts, les uns s'en moquaient et les autres disaient : « Nous t'entendrons encore sur ce sujet une autre fois. »

33 C'est ainsi que Paul se retira du milieu d'eux.

34 Mais quelques hommes se joignirent à lui et crurent, parmi lesquels étaient notamment Denys, l'Aréopagite1, et une femme nommée Damaris, et d'autres avec eux.
1 Aréopagite : membre du tribunal de l'Aréopage (voir la note au verset 19).

Resté seul à Athènes, Paul n'est pas distrait par ses monuments et ses sculptures. Il a le cœur serré et indigné en découvrant que cette cité, célèbre par sa culture, est remplie de l’idolâtrie la plus affreuse. Sur l'agora (la place publique), il rencontre les philosophes de différentes écoles, universellement réputées pour leur sagesse. L'intelligence a été donnée à l'homme pour discerner la puissance éternelle et la divinité de son Créateur (Rom. 1:20 rm 1.18-23). Or l'ignorance de ces esprits éminents confirme que «le monde, par la sagesse, n'a pas connu Dieu» (1 Cor. 1:21 1cr 1.17-25). Il est au milieu d'eux un «Dieu inconnu». Commençant par le commencement, Paul leur parle du «Seigneur du ciel et de la terre» (v. 24) qui s'est désormais révélé non seulement dans la création mais aussi dans la rédemption. Ce Dieu souverain «ordonne maintenant aux hommes que tous, en tous lieux, ils se repentent» (v. 30). Ainsi personne, ni vous non plus, ne peut prétendre que cet ordre divin n'est pas pour lui.

La curiosité intellectuelle n'a rien de commun avec le vrai besoin de l'âme. Certains des auditeurs de Paul se moquent ouvertement; d'autres remettent à plus tard l'examen de ces choses. Mais quelques-uns croient. Triple effet de l'évangile lorsqu'il est prêché encore aujourd'hui!