Actes des Apôtres

Actes 8:1-25

Première persécution de l'Assemblée

8 Et Saul approuvait le meurtre d'Étienne1.
Or en ce temps-là2, il y eut une grande persécution contre l'assemblée qui était à Jérusalem. Et tous, sauf les apôtres, furent dispersés dans les régions de la Judée et de la Samarie.
1 littéralement : de lui. 2 littéralement : en ce jour-là.

2 Et des hommes pieux emportèrent Étienne pour l'enterrer et firent sur lui de grandes lamentations.

3 Or Saul ravageait l'Assemblée. Il pénétrait dans les maisons et, traînant hommes et femmes, il les livrait [pour être jetés] en prison.

Philippe évangélise la Samarie

4 Ceux qui avaient été dispersés allèrent donc de lieu en lieu, annonçant1 la Parole.
1 c.-à-d. : annoncer la bonne nouvelle, évangéliser ; ainsi souvent.

5 Et Philippe, étant descendu dans une ville de la Samarie, leur prêcha le Christ.

6 Et les foules, d'un commun accord, étaient attentives aux choses que disait Philippe, l'entendant et voyant les miracles1 qu'il faisait.
1 littéralement : signes.

7 Car les esprits impurs, criant d'une voix forte, sortaient d'un grand nombre [de démoniaques]. Et beaucoup de paralysés et de boiteux furent guéris.

8 Et il y eut une grande joie dans cette ville.

Simon le magicien – Pierre et Jean en Samarie

9 Or, avant cela, il y avait dans la ville un homme nommé Simon qui exerçait la magie et stupéfiait le peuple de la Samarie, se disant être quelqu'un d'important.

10 Tous s'attachaient à lui, du [plus] petit au [plus] grand, et disaient : « Celui-ci est la puissance de Dieu, celle appelée la Grande. »

11 Et ils s'attachaient à lui parce que, depuis longtemps, il les stupéfiait par sa magie.

12 Mais quand ils eurent cru Philippe qui leur annonçait les bonnes nouvelles concernant le royaume de Dieu et le nom de Jésus Christ, aussi bien les hommes que les femmes furent baptisés.

13 Et Simon lui-même crut aussi et, après avoir été baptisé, il se tenait toujours auprès de Philippe. Et voyant les prodiges1 et les grands miracles qui se faisaient, il était stupéfait.
1 littéralement : signes.

14 Or les apôtres qui étaient à Jérusalem, ayant appris que la Samarie avait reçu la parole de Dieu, leur envoyèrent Pierre et Jean

15 qui, étant descendus, prièrent pour eux, afin qu'ils reçoivent l'Esprit Saint.

16 Car il n'était encore tombé sur aucun d'eux, mais ils avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus.

17 Alors ils leur imposèrent les mains et ils reçurent l'Esprit Saint.

18 Or Simon, voyant que l'Esprit1 était donné par l'imposition des mains des apôtres, leur offrit de l'argent,
1 plusieurs manuscrits ajoutent : Saint.

19 en disant : « Donnez-moi aussi ce pouvoir, afin que1 celui à qui j'imposerai les mains reçoive l'Esprit Saint. »
1 ou : ce pouvoir, que.

20 Mais Pierre lui dit : « Que ton argent périsse avec toi, parce que tu as pensé acquérir le don de Dieu avec de l'argent !

21 Tu n'as ni part ni héritage dans cette affaire1, car ton cœur n'est pas droit devant Dieu.
1 littéralement : parole.

22 Repens-toi donc de ta méchanceté et supplie le Seigneur, afin que, si cela est possible, la pensée de ton cœur te soit pardonnée.

23 Car je vois que tu es dans un fiel d'amertume et dans un lien d'iniquité1. »
1 ailleurs : injustice.

24 Et Simon, répondant, dit : « Vous, suppliez le Seigneur pour moi, de sorte qu'il ne m'arrive rien de ce que vous avez dit. »

25 Eux donc, après avoir rendu témoignage et avoir annoncé la parole du Seigneur, s'en retournèrent à Jérusalem. Et ils évangélisaient de nombreux villages de Samaritains.

Le Seigneur avait commandé aux disciples: «vous serez mes témoins à Jérusalem et dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre» (ch. 1 v. 8 ac 1.6-9). Ils n'avaient accompli jusqu'ici que la première partie de cet ordre. Afin de leur faire franchir l'étape suivante, le Seigneur recourt dans sa sagesse à un moyen pénible: la persécution (dont la mort d'Étienne a donné le signal). Elle a pour résultat de disperser les croyants et par conséquent de porter l'évangile ailleurs. C'est ainsi qu'un vent désagréable a souvent l’effet heureux de semer au loin des graines utiles.

Philippe l'évangéliste (nommé au ch. 6 v. 5 ac 6.1-7 et au ch. 21 v. 8 ac 21.8-9) se rend en Samarie pour prêcher «le Christ»: non une doctrine, mais une Personne (v. 5; comp. v. 35 ac 8.32-35). Quelle puissance aurait notre témoignage si, au lieu de présenter seulement des vérités, nous parlions autour de nous de Celui dont notre cœur est (ou devrait être) rempli!

Ainsi ces Samaritains, détestés et méprisés par les Juifs, participent désormais avec eux au baptême et au don du Saint Esprit. Ni la naissance, ni les mérites, ni l'argent — comme se l'imaginait Simon le magicien — ne donnent accès à un tel privilège. Tout provient de la pure grâce de Dieu.