Actes des Apôtres

Actes 5:1-16

Le mensonge d'Ananias et de Sapphira

5 Mais un homme nommé Ananias, avec Sapphira sa femme, vendit une propriété.

2 Et, de connivence avec sa femme, il mit de côté une partie du prix et, apportant l'autre partie, il la déposa aux pieds des apôtres.

3 Mais Pierre dit : « Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton cœur, au point d'avoir menti à l'Esprit Saint et d'avoir mis de côté une partie du prix du terrain ?

4 Quand il était [encore] à toi, ne pouvais-tu pas le garder ? Et même vendu, l'argent n'était-il pas à ta disposition1 ? Comment t'es-tu proposé cette action dans ton cœur ? Tu n'as pas menti aux hommes, mais à Dieu. »
1 littéralement : en ton pouvoir.

5 Et Ananias, entendant ces paroles, tomba et expira. Alors une grande crainte s'empara de tous ceux qui entendirent [ces choses].

6 Et les jeunes hommes, s'étant levés, l'enveloppèrent d'un linceul ; puis, l'ayant emporté dehors, ils l'enterrèrent.

7 Et il arriva, environ trois heures après, que sa femme entra, ne sachant pas ce qui était arrivé.

8 Et Pierre lui adressa la parole, [en disant] : « Dis-moi, avez-vous vendu le terrain pour telle somme1 ? » Et elle dit : « Oui, pour telle somme1. »
1 littéralement : pour tant.

9 Alors Pierre lui [dit] : « Comment êtes-vous tombés d'accord entre vous pour tenter l'Esprit du °Seigneur ? Voici, les pieds de ceux qui ont enterré ton mari sont à la porte et ils t'emporteront. »

10 Et à l'instant, elle tomba à ses pieds et expira. Et les jeunes hommes, étant entrés, la trouvèrent morte. Et l'ayant emportée dehors, ils l'enterrèrent auprès de son mari.

11 Alors une grande crainte s'empara de toute l'assemblée et de tous ceux qui entendaient parler de ces choses.

Puissance miraculeuse des apôtres

12 Et beaucoup de miracles1 et de prodiges se faisaient parmi le peuple, par les mains des apôtres. 2(Et ils étaient tous d'un commun accord au portique de Salomon
1 littéralement : signes. 2 la parenthèse se termine au verset 14.

13 et personne d'autre n'osait se joindre à eux, mais le peuple les louait hautement1.
1 louer hautement, ailleurs : magnifier.

14 Et des croyants d'autant plus nombreux étaient ajoutés au Seigneur, une multitude aussi bien d'hommes que de femmes.)1
1 la parenthèse commence au verset 12.

15 Alors on apportait les infirmes dehors dans les rues et on les mettait sur des petits lits et sur des brancards, afin que, lorsque Pierre passerait, son ombre couvre au moins l'un d'eux.

16 Et la multitude [venue] des villes voisines se rassemblait aussi à Jérusalem, apportant les infirmes et ceux qui étaient tourmentés par des esprits impurs. Et ils étaient tous guéris.

Le ch. 4 commençait par un «mais», qui annonçait l'action de l'ennemi depuis le dehors contre la vérité. Le ch. 5 débute par un autre «mais» qui introduit son œuvre au dedans pour corrompre l'Assemblée. Nous savons que Satan n'a cessé depuis lors d'être actif de cette double manière. L'esprit d'imitation et le désir de se donner une apparence de piété ont entraîné au mensonge Ananias et Sapphira. Pierre les reprend avec une sainte indignation et ils sont aussitôt frappés par la main de Dieu. Leur sort éternel n'est pas ici en question. Il s'agit d'une manifestation du gouvernement de Dieu. Sous prétexte que nous sommes les objets de sa grâce, ne pensons pas que Dieu ait le péché moins en horreur. Il est saint, et tels doivent être ses enfants (1 Pier. 1:15-17 1p 1.13-21).

Une grande crainte s'empare des assistants. C'est un sentiment que nous devons aussi cultiver vis-à-vis de Celui qui lit nos pensées les plus secrètes.

Les v. 12 à 16 nous parlent des miracles d'amour accomplis «par les mains des apôtres» et nous montrent aussi qu'il ne suffit pas d'admirer les croyants; il faut faire soi-même le pas et se joindre au Seigneur (v. 13, 14). En Apoc. 21:8 ap 21.1-8 les timides qui refusent le salut sont les premiers nommés parmi ceux qui sont éternellement perdus.