2 Rois

2 Rois 6:18-33

18 Alors les Syriens1 descendirent vers Élisée. Et il pria l'Éternel et dit : « Je te prie, frappe cette nation d'aveuglement ! » Et il les frappa d'aveuglement, selon la parole d'Élisée.
1 littéralement : ils.

19 Puis Élisée leur dit : « Ce n'est pas ici le chemin, et ce n'est pas ici la ville. Suivez-moi et je vous conduirai vers l'homme que vous recherchez. » Et il les conduisit à Samarie.

20 Et il arriva, quand ils furent entrés dans Samarie, qu'Élisée dit : « Éternel, ouvre les yeux de ces hommes1 et qu'ils voient ! » Et l'Éternel ouvrit leurs yeux, et ils virent, et voici, [ils étaient] au milieu de Samarie.
1 littéralement : ceux-ci.

21 Et le roi d'Israël dit à Élisée, quand il les vit : « [Les] frapperai-je, [les] frapperai-je, mon père ? »

22 Mais il dit : « Tu ne [les] frapperas pas. Ceux que tu fais prisonniers avec ton épée et ton arc, les frappes-tu ? Mets du pain et de l'eau devant eux, et qu'ils mangent et boivent, et qu'ils s'en aillent vers leur seigneur. »

23 Alors il leur prépara un grand repas et ils mangèrent et burent. Puis il les renvoya et ils s'en allèrent vers leur seigneur. Et les troupes des Syriens ne revinrent plus dans le pays d'Israël.

Ben-Hadad, roi de Syrie, assiège Samarie

24 Or il arriva, après cela, que Ben-Hadad, roi de Syrie, rassembla toute son armée1 et monta assiéger Samarie.
1 ou : camp.

25 Et il y eut une grande famine dans Samarie. Et voici, ils l'assiégeaient à tel point que la tête d'un âne était à 80 [sicles1] d'argent et le quart d'un kab2 de fiente de pigeon à 5 [sicles] d'argent.
1 1 sicle = 11,4 g environ. 2 1 kab = 1,22 litre environ.

26 Et il arriva, comme le roi d'Israël passait sur la muraille, qu'une femme cria vers lui, en disant : « Sauve-moi, ô roi mon seigneur ! »

27 Mais il dit : « Si l'Éternel ne te sauve pas, avec quoi te sauverais-je ? Serait-ce au moyen de l'aire de battage ou du pressoir ? »

28 Puis le roi lui dit : « Qu'as-tu ? » Et elle dit : « Cette femme m'a dit : "Donne ton fils et nous le mangerons aujourd'hui ; et demain [nous mangerons] mon fils."

29 Et nous avons fait cuire mon fils et nous l'avons mangé. Et le jour suivant, je lui ai dit : "Donne ton fils et nous le mangerons." Mais elle a caché son fils. »

30 Et il arriva, quand le roi entendit les paroles de la femme, qu'il déchira ses vêtements. Et comme il passait sur la muraille, le peuple le vit, et voici, il avait par-dessous un sac sur son corps.

31 Et le roi1 dit : « Que Dieu me traite avec la plus grande sévérité2 si la tête d'Élisée, fils de Shaphath, reste sur lui aujourd'hui ! »
1 littéralement : il. 2 littéralement (hébraïsme) : Que Dieu me fasse ainsi et qu'ainsi il ajoute.

32 Or Élisée était assis dans sa maison et les anciens étaient assis avec lui. Et le roi1 envoya un homme devant lui. Avant que le messager n'arrive jusqu'à lui, Élisée1 dit aux anciens : « Le voyez-vous ? Ce fils de meurtrier envoie [quelqu'un] pour m'ôter la tête ! Voyez ! Quand le messager viendra, fermez la porte et repoussez-le avec la porte. N'est-ce pas le bruit des pieds de son maître derrière lui ? »
1 littéralement : il.

33 Il parlait encore avec eux quand voici, le messager descendit vers lui. Et il dit : « Voici, ce malheur vient de l'Éternel. Que puis-je encore attendre de l'Éternel ? »

Trois fois dans ce chapitre, à la prière du prophète, les yeux s'ouvrent (versets 17 et 20) ou au contraire s'obscurcissent (verset 18). Demandons à Dieu d'ouvrir les nôtres. Ne perdons pas de vue, comme le serviteur d'Élisée, la puissance divine qui est à notre disposition. «Je lève les yeux vers les montagnes. D'où me viendra le secours ?» — dit le psalmiste (Psaume 121:1 ps 121.1-8). Élie avait été seulement un prophète de jugement. Élisée en revanche a le privilège d'employer une seconde arme plus efficace encore: la grâce. Il use de miséricorde envers ses ennemis et surmonte le mal par le bien. Nos pensées se tournent à nouveau vers Jésus. Il se servait d'une manière aussi parfaite de la puissance et de la grâce. Après avoir d'un mot fait tomber par terre ceux qui venaient pour Le prendre, Il guérit l'oreille tranchée par Son disciple impulsif (Jean 18:6 j 18.1-12; Luc 22:51 lc 22.47-53).

Ce grand festin nous fait par ailleurs penser au «grand dîner» de la grâce (Luc 14:16 lc 14.15-24). Dieu y a convié ceux qui étaient Ses ennemis.

Mais la bonne action d'Élisée ne sera pas payée de retour! Les Syriens assiègent Samarie où sévit la famine avec ses horribles conséquences. Mais l'Éternel s'en servira justement pour montrer à la fois Sa puissance et Sa bonté.