2 Corinthiens

2 Corinthiens 12:11-21

Inquiétudes de Paul à l'égard des Corinthiens

11 Je suis devenu insensé, vous m'y avez contraint. En effet, c'est moi qui aurais dû être recommandé par vous, car je n'ai été en rien inférieur aux plus excellents apôtres, bien que je ne sois rien.

12 Les signes distinctifs d'un apôtre ont été produits au milieu de vous avec toute persévérance, [par] des signes et aussi [par] des prodiges et des miracles.

13 Car qu'avez-vous eu de moins que les autres assemblées, sinon en ce que moi-même je ne vous ai pas été à charge ? Pardonnez-moi cette injustice.

14 Voici, [pour] cette troisième fois, je suis prêt à aller auprès de vous et je ne vous serai pas à charge, car je ne cherche pas vos biens, mais vous-mêmes. En effet, ce ne sont pas les enfants qui doivent mettre de côté pour leurs parents, mais les parents pour leurs enfants.

15 Or moi, très volontiers, je dépenserai et je me dépenserai moi-même pour vos âmes, même si, vous aimant beaucoup plus, je devais être moins aimé.1
1 plusieurs manuscrits portent : vos âmes. En vous aimant beaucoup plus, serai-je moins aimé [de vous] ?

16 Mais soit ! Moi, je ne vous ai pas été à charge, mais, étant astucieux, je vous ai pris par ruse.

17 Ai-je tiré profit de vous par l'un de ceux que je vous ai envoyés ?

18 J'ai encouragé Tite [à aller chez vous] et j'ai envoyé le frère avec lui. Tite a-t-il tiré profit de vous ? N'avons-nous pas marché dans le même esprit ? N'avons-nous pas marché sur les mêmes traces ?

19 Vous avez longtemps pensé que nous nous justifions auprès de vous. Devant Dieu, nous parlons en Christ et [nous faisons] toutes choses, bien-aimés, pour votre édification.

20 Je crains, en effet, qu'à mon arrivée, je ne vous trouve pas tels que je le voudrais et que moi, je ne sois trouvé par vous tel que vous ne le voudriez pas. [Et je crains] qu'il n'y ait des querelles, des jalousies, des colères, des rivalités, des médisances, des commérages, de l'orgueil, des désordres.

21 Et [je crains] qu'étant revenu [parmi vous], mon Dieu ne m'humilie à votre sujet1 et que je ne sois affligé à propos de plusieurs de ceux qui ont péché auparavant et qui ne se sont pas repentis de l'impureté et de la fornication et de la débauche auxquelles ils se sont livrés.
1 ou : au milieu de vous.

Quel chagrin pour l'apôtre de voir les suppositions faites à son sujet, les motifs intéressés et les ruses qu'on lui prêtait (v. 14, 16; ch. 7 v. 2, 3 2cr 7.2-4; comp. Act. 20:33 ac 20.33-35)! Alors que, dans une conduite irréprochable, il n'avait cessé, avec ses compagnons d'œuvre, de marcher «sur les mêmes traces»: celles de Christ (v. 18)! S'il répond longuement à ces calomnies, ce n'est cependant pas pour se justifier mais parce qu'il a en vue l'édification de ses bien-aimés Corinthiens (v. 19; 1 Cor. 14:26 fin 1cr 14.26-33). En effet, ne pas reconnaître le ministère de l'apôtre revenait à rejeter aussi l'autorité de la Parole divine qu'il annonçait. Combien de soi-disant chrétiens aujourd'hui rejettent telle partie de la Parole inspirée et particulièrement les épîtres de Paul. Les v. 20 et 21 montrent à quels péchés conduisent cette négligence et ce mépris.

Ainsi, dans ce chapitre «nous trouvons l'état le plus glorieux auquel un chrétien puisse être élevé… et la condition la plus misérable dans laquelle il puisse tomber… Quel contraste entre cette élévation dans le troisième ciel et cette vile dégradation charnelle! Et le chrétien est capable des deux! Quelle leçon et quel avertissement pour chaque saint…» (J.N.D., Un Homme en Christ).