2 Corinthiens

2 Corinthiens 6:1-18; 7:1

Les souffrances de Paul dans son service

6 Or travaillant à cette même œuvre1, [nous] aussi, nous vous exhortons à ne pas avoir reçu2 la grâce de Dieu pour rien3.
1 littéralement : coopérant ; dans le sens de : travailler conjointement avec ; voir 1 Cor. 3:9. 2 ou : ne pas recevoir. 3 littéralement : pour du vide.

2 Car il dit : « Au temps favorable je t'ai exaucé et au jour du salut je t'ai secouru. »1 Voici, c'est maintenant le temps favorable, voici, c'est maintenant le jour du salut.
1 Ésaïe 49:8.

3 Nous ne donnons à personne aucune occasion de pécher, afin que le service ne soit pas blâmé.

4 Au contraire, en toutes choses nous nous recommandons comme serviteurs de Dieu par une grande persévérance dans les détresses, dans les contraintes, dans les angoisses ;

5 sous les coups, dans les prisons, dans les troubles, dans les travaux, dans les veilles, dans les jeûnes ;

6 par la pureté, par la connaissance, par la patience1, par la bonté, par l'Esprit Saint, par un amour sans hypocrisie ;
1 littéralement : longanimité.

7 par la parole de la vérité, par la puissance de Dieu, par les armes de justice de la [main] droite et de la [main] gauche ;

8 dans la gloire et le déshonneur, dans la mauvaise et la bonne renommée, comme imposteurs et [pourtant] disant la vérité ;

9 comme inconnus et [pourtant] bien connus1, comme mourants et voici nous vivons, comme corrigés et non mis à mort ;
1 ou : reconnus.

10 comme attristés, mais toujours joyeux, comme pauvres, mais enrichissant un grand nombre, comme n'ayant rien et possédant toutes choses.

Appel à la sainteté pratique et à la communion

11 Nous vous avons parlé ouvertement1, ô Corinthiens ! Notre cœur s'est élargi.
1 littéralement : Notre bouche s'est ouverte pour vous.

12 Vous n'êtes pas à l'étroit en nous, mais vous êtes à l'étroit dans vos affections1.
1 littéralement : entrailles.

13 Et en juste retour1 — je [vous] parle comme à mes enfants — élargissez-vous, vous aussi.

1 littéralement : récompense.

14 Ne vous mettez pas sous un joug mal assorti1 avec les incrédules. Car quelle association2 [y a-t-il] entre la justice et l'iniquité3 ? Ou quelle communion entre la lumière et les ténèbres ?
1 « mal assorti » se rapporte à Lév. 19:19 ; Deut. 22:10. 2 littéralement : participation. 3 iniquité : état ou marche sans loi, sans frein ; comme en Rom. 6:19.

15 Et quelle conformité de Christ avec Béliar1 ? Ou quelle part le croyant a-t-il avec l'incrédule ?
1 Béliar : équivalent grec de l'hébreu Bélial.

16 Et quel accord [y a-t-il] entre le Temple1 de Dieu et les idoles ? Car nous sommes2 le Temple1 du Dieu vivant, comme Dieu l'a dit : « J'habiterai au milieu d'eux et je marcherai au milieu d'eux, et je serai leur Dieu, et eux seront mon peuple. »3
1 la maison même, non pas tout l'ensemble des cours et bâtiments sacrés ; comme en Matt. 23:16 ; 1 Cor. 3:16 ; Éph. 2:21. 2 plusieurs manuscrits portent : vous êtes. 3 Lév. 26:11-12.

17 « C'est pourquoi sortez du milieu d'eux et soyez séparés, dit le °Seigneur, et ne touchez pas à ce qui est impur, et moi, je vous recevrai. »1
1 voir Ésaïe 52:11.

18 « Et je serai pour vous un père et vous, vous serez pour moi des fils et des filles, dit le °Seigneur, [le] Tout-Puissant1. »2
1 ici, comme ailleurs souvent, °Seigneur correspond à Jéhovah ; Dieu, dans l'Ancien Testament, dans ses rapports avec Israël et avec Abraham, Isaac et Jacob, prend ces deux noms de Jéhovah et de Tout-Puissant (voir Gen. 17:1 ; Exode 6:2-3), alors qu'il prend à notre égard le nom de Père. 2 voir 2 Sam. 7:14.

7 Ayant donc ces promesses, bien-aimés, purifions-nous nous-mêmes de toute souillure de chair et d'esprit, achevant1 la sainteté dans la crainte de Dieu.
1 ou : réalisant jusqu'au bout.

«Une grande patience», voilà ce qui recommande le serviteur de Dieu (c'est-à-dire chaque croyant; v. 4; ch. 12 v. 12 2cr 12.11-15). Mieux que tout discours, la manière dont Paul endurait ses épreuves démontrait la valeur de son évangile. Il souffrait pour quelque chose qui en valait la peine.

Quel homme étrange que le chrétien! Il a en quelque sorte deux faces. Aux yeux du monde, il paraît dans l'ignominie, imposteur, inconnu… attristé, pauvre, n'ayant rien. Et qu'est-il devant Dieu?: Véritable, bien connu, vivant, toujours joyeux, enfin possédant toutes choses (v. 8 à 10)! C'est son vrai visage.

Les exhortations qui suivent peuvent paraître étroites et sévères. Mais elles procèdent du cœur large de l'apôtre (v. 11). Le mot de séparation nous rebute, et pourtant qui dit sainteté dit séparation pour Dieu (Lév. 20:26 lv 20.25-27). Achever l'une (ch. 7 v. 1) équivaut nécessairement à pratiquer l'autre:

  • Séparation du monde… et les v. 14 et 15 ne s'appliquent pas seulement à tel projet de mariage mal assorti.
  • Séparation du monde religieux (v. 16 à 18); elle offre des compensations incomparables: l’expérience de la présence du Seigneur Jésus «au milieu» des siens et de relations bénies avec Dieu notre Père.
  • Enfin, séparation du mal sous toutes ses formes (ch. 7 v. 1).