2 Corinthiens

2 Corinthiens 5:11-21

Le service de la réconciliation

11 Connaissant donc combien le Seigneur doit être craint1, nous persuadons les hommes, mais nous sommes à découvert2 devant Dieu, et j'espère que nous sommes aussi à découvert2 dans vos consciences.
1 littéralement : la frayeur du Seigneur. 2 littéralement : rendus apparents.

12 Nous ne nous recommandons pas de nouveau à vous, mais nous vous donnons une occasion de vous glorifier à notre sujet, afin que vous ayez [de quoi répondre] à ceux qui se glorifient dans les apparences et non dans [ce qui est dans] le cœur.

13 En effet, si nous sommes hors de nous-mêmes, c'est pour Dieu ; si nous pensons sainement, c'est pour vous.

14 Car l'amour du Christ nous étreint en ce que nous avons discerné ceci, que si un seul est mort pour tous, tous donc sont morts1,
1 ou : étaient morts.

15 et qu'il est mort pour tous afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui pour eux est mort et a été ressuscité.

16 Ainsi, nous, désormais, nous ne connaissons personne selon la chair. Et même si nous avons connu Christ selon la chair, toutefois, maintenant, nous ne le connaissons plus [ainsi].

17 Par conséquent, si quelqu'un est en Christ, c'est une nouvelle création. Les choses vieilles sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.

18 Et toutes viennent de Dieu qui nous a réconciliés avec lui-même par Christ et qui nous a donné le service de la réconciliation.

19 Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, ne leur imputant pas leurs fautes, et mettant en nous la parole de la réconciliation.

20 Nous sommes donc ambassadeurs pour1 Christ, comme si Dieu exhortait par notre moyen. Nous supplions pour1 Christ : « Soyez réconciliés avec Dieu ! »
1 c.-à-d. : à la place de, au nom de.

21 Celui qui n'a pas connu le péché, Dieu1 l'a fait péché pour nous afin que nous devenions justice de Dieu en lui.
1 littéralement : il.

Paul désirait avec ardeur la gloire céleste (v. 2 2cr 5.1-10) mais en attendant il s'appliquait avec la même ardeur à être agréable au Seigneur (v. 9 2cr 5.1-10). N'ayant rien à cacher ni à Dieu, ni aux hommes (v. 11), il ne vivait plus pour lui-même; corps et âme, il était l'esclave de Christ mort et ressuscité pour lui (v. 15). Or le Seigneur l'avait appelé — comme chaque racheté — à une très haute fonction: celle d'ambassadeur du Dieu souverain pour offrir de Sa part au monde la réconciliation. Pour s'acquitter de cette mission et persuader les hommes, deux grands motifs pressaient le cher apôtre: la solennité du jugement: il connaissait combien le Seigneur doit être craint (v. 11); et l'amour de Christ pour les âmes, amour sans lequel le prédicateur le plus éloquent n'est qu'un bronze qui résonne (v. 14; 1 Cor. 13:1 1cr 13.1-3).

En quoi consiste encore le message de la réconciliation? Christ, le seul homme sans péché a été identifié sur la croix pour l'expier, avec le péché même. Ainsi Dieu a annulé en grâce le péché qui nous séparait de Lui (v. 21). «Les choses vieilles sont passées». Dieu ne les raccommode pas, ce n’est pas digne de Lui. Il se plaît à faire «toutes choses nouvelles». «Si quelqu’un est en Christ, c’est une nouvelle création» (v. 17).