2 Corinthiens

2 Corinthiens 4:16-18; 5:1-10

Souffrances présentes et gloire future

16 C'est pourquoi nous ne perdons pas courage ; mais si même notre être1 extérieur dépérit, toutefois notre [être] intérieur est renouvelé de jour en jour.
1 littéralement : homme.

17 Car notre légère affliction d'un moment produit pour nous, au-delà de toute mesure, un poids éternel de gloire,

18 nos regards n'étant pas fixés sur les choses qui se voient, mais sur celles qui ne se voient pas. Car les choses qui se voient sont temporaires, mais celles qui ne se voient pas sont éternelles.

La gloire, terme du service

5 Nous savons, en effet, que si notre maison terrestre qui n'est qu'une tente1 est détruite, nous avons un édifice [qui est l'œuvre] de Dieu, une maison qui n'est pas faite par la main [de l'homme], éternelle, dans les cieux.
1 littéralement : notre maison terrestre de la tente.

2 Car en effet, dans cette tente, nous gémissons, désirant ardemment revêtir notre domicile qui est du ciel,

3 si toutefois, même en étant revêtus1, nous ne sommes pas trouvés nus.
1 revêtus d'un corps de résurrection ; d'autres lisent : dévêtus, c.-à-d. : ayant quitté notre corps terrestre.

4 Et en effet, nous qui sommes dans la tente, nous gémissons, étant accablés, car nous ne voudrions pas être dévêtus, mais être revêtus afin que ce qui est mortel soit absorbé par la vie.

5 Or celui qui nous a formés pour cela même, c'est Dieu, qui nous a donné les arrhes de l'Esprit.1
1 c.-à-d. : Dieu nous a donné l'Esprit comme arrhes des bénédictions qui nous sont promises.

6 Nous sommes donc toujours pleins de confiance1 et nous savons qu'étant présents2 dans le corps nous sommes absents3 du Seigneur,
1 ou : courage. 2 littéralement : chez nous. 3 littéralement : hors de chez nous, loin.

7 car nous marchons par la foi, non par la vue.

8 Oui, nous sommes pleins de confiance1 et nous aimons mieux être absents2 du corps et être présents3 avec le Seigneur.
1 ou : courage. 2 littéralement : hors de chez nous, loin. 3 littéralement : chez nous.

Le tribunal de Christ

9 C'est pourquoi aussi, que nous soyons présents1 ou que nous soyons absents2, nous nous appliquons ardemment à lui être agréables.
1 littéralement : chez nous. 2 littéralement : hors de chez nous.

10 Car il faut que nous comparaissions tous à découvert1 devant le tribunal du Christ afin que chacun reçoive [la récompense] des choses [accomplies] dans2 le corps, selon ce qu'il aura fait, soit bien, soit mal.
1 littéralement : nous soyons tous rendus apparents. 2 dans, et : par.

Que de soins nous prenons pour entretenir et faire prospérer «notre homme extérieur» (v. 16). Si seulement notre «intérieur» pouvait être aussi bien traité! Ce qui renouvelait le cœur de l'apôtre c'était ce poids éternel de gloire sans commune mesure avec les épreuves qu'il traversait. Marchant «par la foi, non par la vue» (ch. 5 v. 7), les regards de son âme fixés sur les choses qui ne se voient pas mais qui sont éternelles, il en avait l’avant-goût déjà par les arrhes de l'Esprit (ch. 5 v. 5). C'est pourquoi il ne se lassait pas (ch. 4 v. 1 à 16 2cr 4.1-16).

Quelle crainte, quelle ardeur, la pensée du tribunal de Christ devrait sans cesse produire en nous! Nous n'y comparaîtrons pas en jugement, notre salut est assuré. Mais comme un film, notre vie entière s'y déroulera, révélant tout ce que nous aurons fait «soit bien, soit mal» et nous recevrons soit gain, soit perte. En même temps le Seigneur y montrera comment sa grâce a su tirer son éclat même de nos péchés. Un artiste qui a fini de restaurer un portrait détérioré met son travail en valeur en y juxtaposant la photo du tableau initial. Étant souvent peu sensibles au péché, nous mesurons aussi trop peu la grâce qui nous pardonne et nous supporte. Le tribunal de Christ nous en fera enfin réaliser toute l'immensité.