2 Corinthiens

2 Corinthiens 4:1-15

L'Évangile est voilé aux uns, révélé aux autres

4 C'est pourquoi, ayant ce ministère1 comme ayant obtenu miséricorde, nous ne perdons pas courage,
1 ailleurs : service.

2 mais nous avons entièrement renoncé aux choses honteuses qui se font en secret, ne marchant pas avec ruse et ne falsifiant pas la parole de Dieu. Au contraire, par la manifestation de la vérité, nous nous recommandons nous-mêmes à toute conscience d'homme devant Dieu.

3 Et si notre Évangile est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent,

4 pour les incrédules dont le dieu de ce siècle a aveuglé les pensées, afin qu'ils ne voient pas briller la lumière de l'Evangile de la gloire du Christ, [lui] qui est l'image de Dieu.

5 Car nous ne nous prêchons pas nous-mêmes, mais [nous prêchons] Jésus Christ comme Seigneur et nous-mêmes comme vos esclaves à cause de Jésus.

6 Car c'est le Dieu1 qui a dit que du milieu des ténèbres brille la lumière, lui qui a brillé dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu dans la face de [Jésus] Christ.
1 ou : c'est Dieu.

La faiblesse du serviteur et la puissance de Dieu

7 1Mais nous avons ce trésor dans des vases d'argile afin que l'excellence de la puissance soit de Dieu et non de nous.
1 les versets 7 à 10 forment une seule phrase dans le texte original.

8 [Car] nous sommes dans l'affliction de toute manière, mais non réduits à l'étroit ; perplexes, mais non dans le désespoir ;

9 persécutés, mais non abandonnés ; terrassés, mais ne périssant pas.

10 Nous portons toujours dans le corps la mort1 de Jésus afin que la vie de Jésus soit [elle] aussi manifestée dans notre corps.2
1 le mot grec signifie le processus de mise à mort ou l'instant de la mort. 2 les versets 7 à 10 forment une seule phrase dans le texte original.

11 Car nous qui vivons, nous sommes toujours livrés à la mort à cause de Jésus, afin que la vie de Jésus soit [elle] aussi manifestée dans notre corps1 mortel.
1 littéralement : chair.

12 Ainsi, la mort est à l'œuvre en nous, mais la vie en vous.

13 Or ayant le même esprit de foi selon ce qui est écrit : « J'ai cru, c'est pourquoi j'ai parlé »1, nous aussi nous croyons [et] c'est aussi pour cela que nous parlons.
1 Psaume 116:10.

14 [Car] nous savons que celui qui a ressuscité le Seigneur Jésus nous ressuscitera aussi avec Jésus et nous fera tenir avec vous auprès [de lui].

15 Car toutes [ces] choses [qui nous arrivent], c'est pour vous, afin que la grâce, abondant par le moyen du grand nombre, multiplie les actions de grâces à la gloire de Dieu.

À condition d’être bien orienté vers une source de lumière, un miroir peut éclairer un coin sombre. C’est parce qu’il contemplait la gloire du Seigneur (ch. 3 v. 18 2cr 3.18) que Paul réfléchissait fidèlement autour de lui chaque rayon qu'il recevait. Oui, quel était l'objet, resplendissant sur lui, qu'il rendait ainsi visible aux autres hommes? «La gloire de Dieu dans la face de Christ» (v. 6). Cette connaissance de Christ dans la gloire, quel trésor c'était pour Paul! Lui n'était que le vase dans lequel elle était contenue. Un pauvre vase d'argile, fragile et sans valeur propre. Car si l'instrument de Dieu s'était fait remarquer par de brillantes qualités humaines, il aurait attiré l'attention sur lui-même aux dépens du trésor qu'il devait présenter. Les bijoutiers savent bien qu'un écrin trop luxueux tend à éclipser le joyau qui y est renfermé. Ils exposent leurs plus beaux bijoux sur du simple velours noir. Ainsi le vase, Paul, était dans l'affliction, dans la perplexité, persécuté, abattu… pour que le trésor — la vie de Jésus en lui — soit pleinement manifesté (v. 10). Les épreuves d'un croyant contribuent à le dépouiller de tout éclat personnel afin que brille d'autant plus Celui dont il n'est en quelque sorte que le pied de lampe.