1 Thessaloniciens

1 Thessaloniciens 5:12-28

Exhortations diverses

12 Or nous vous prions, frères, de reconnaître ceux qui travaillent parmi vous, et qui sont à la tête parmi vous dans le Seigneur, et qui vous avertissent.

13 Et ayez pour eux la plus haute estime dans l'amour, à cause de leur œuvre. Soyez en paix entre vous.

14 Or nous vous exhortons, frères : avertissez les indisciplinés, réconfortez ceux qui sont découragés, venez en aide aux faibles, soyez patients envers tous.

15 Prenez garde que personne ne rende à autrui le mal pour le mal, mais poursuivez toujours ce qui est bon, [et] entre vous, et à l'égard de tous.

16 Réjouissez-vous toujours,

17 priez sans cesse,

18 rendez grâce en toutes choses, car telle est la volonté de Dieu dans le Christ Jésus à votre égard.

19 N'éteignez pas l'Esprit,

20 ne méprisez pas les prophéties,

21 mais examinez1 toutes choses [et] retenez ce qui est bon.
1 littéralement : examiner en vue d'approuver.

22 Abstenez-vous de toute forme de mal.

23 Or [que] le Dieu de paix lui-même vous sanctifie entièrement. Et [que] tout votre être — l'esprit, et l'âme, et le corps — soit conservé d'une manière irréprochable lors de la venue de notre Seigneur Jésus Christ.

24 Celui qui vous appelle est fidèle ; [c'est] aussi lui qui le fera.

Salutations

25 Frères, priez [aussi] pour nous.

26 Saluez tous les frères par un saint baiser.

27 Je vous adjure par le Seigneur que la lettre soit lue à tous les1 frères.
1 plusieurs manuscrits ajoutent : saints.

28 [Que] la grâce de notre Seigneur Jésus Christ [soit] avec vous !

La fin de l'épître nous apprend quel doit être notre comportement entre frères, à l'égard de tous les hommes, par rapport à Dieu, enfin dans l'assemblée. Notre vie entière est en somme encadrée par ces courtes exhortations. S'il s'agit de se réjouir, c'est toujours; de prier, c'est sans cesse; de rendre grâces, c'est en toutes choses! La foi nous permet de remercier le Seigneur même pour ce qui nous semblerait fâcheux. Prier sans cesse, c'est rester dans sa communion, ce qui sera aussi notre sauvegarde contre le mal sous toutes ses formes (v. 22). Celui qui nous a rachetés tout entiers, esprit, âme et corps, exige aussi la sainteté de notre être tout entier (ch. 4 v. 3 1th 4.1-8). La souillure de l'esprit et celle du cœur, bien qu'invisibles, sont autant à craindre que celle du corps. Demandons au Seigneur, qui est fidèle, de nous conserver sans reproche, conformes à Lui, pour l'instant du grand rendez-vous. Eh bien, aucune pensée n'est plus propre à nous sanctifier que celle du retour du Seigneur Jésus (lire 1 Jean 3. 3 1j 3.1-3). Nous avons trouvé cette inestimable promesse mentionnée à la fin de chacun des cinq chapitres de cette lettre. Ne la perdons jamais de vue. Et jusque-là, que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ soit avec chacun de nous!