1 Thessaloniciens

1 Thessaloniciens 1:1-10

Salutation

1 Paul, et Silvain, et Timothée, à l'assemblée des Thessaloniciens [qui est] en Dieu le Père et dans le Seigneur Jésus Christ : Grâce et paix à vous !

Actions de grâces pour la foi, l'amour et l'espérance des Thessaloniciens

2 Nous rendons toujours grâce à Dieu pour vous tous, faisant sans cesse mention [de vous] dans nos prières,

3 nous souvenant de votre œuvre de foi, et de votre travail d'amour, et de votre persévérance dans l'espérance en1 notre Seigneur Jésus Christ, devant notre Dieu et Père,
1 littéralement : de.

4 sachant, frères aimés de Dieu, votre élection.

5 Car notre Évangile n'est pas venu à vous en paroles seulement, mais aussi en puissance, et dans l'Esprit Saint, et dans une grande plénitude d'assurance. [C'est] ainsi, comme vous le savez, que nous avons été parmi vous, à cause de vous.

6 Et vous, vous êtes devenus nos imitateurs et ceux du Seigneur, ayant reçu la Parole — [accompagnée] de beaucoup d'afflictions — avec la joie de l'Esprit Saint.

7 C'est ainsi que vous êtes devenus des modèles pour tous ceux qui croient en Macédoine et en Achaïe1.
1 la Macédoine et l'Achaïe sont des provinces de la Grèce.

8 Car non seulement la parole du Seigneur a retenti depuis chez vous en Macédoine et en Achaïe, mais votre foi envers Dieu s'est répandue en tout lieu, de sorte que nous n'avons pas besoin d'en parler.

9 Car eux-mêmes racontent à notre sujet quel accueil1 nous avons eu auprès de vous, et comment vous vous êtes tournés vers Dieu, vous détournant des idoles pour servir2 le Dieu vivant et vrai,
1 littéralement : entrée, arrivée. 2 servir : être esclave ; comme en Col. 3:24.

10 et pour attendre des cieux son Fils qu'il a ressuscité d'entre les morts, Jésus, qui nous délivre de la colère qui vient.

Le ch. 17 des Actes ac 17.1-5 nous raconte la courte visite de Paul et Silas (ou Silvain; v. 1) à Thessalonique. Ils y avaient annoncé et vécu l'évangile (v. 5). Et les Thessaloniciens l'ayant reçu (v. 6) le vivaient à leur tour. Leur œuvre était une preuve de leur foi (comp. Jac. 2:18 jq 2.17-24); leur travail confirmait leur amour; leur patience proclamait quelle grande espérance pouvait seule les soutenir (v. 3). Si bien que tout le monde savait qu'il y avait des chrétiens à Thessalonique (v. 7). Chacun dans mon quartier ou mon lieu de travail sait-il que je suis chrétien? Une conversion est le signe public de la nouvelle naissance, le changement de direction visible qui correspond à la vie divine reçue dans l'âme. En faisant demi-tour, on n'a plus devant soi les mêmes objets (Gal. 4:8, 9 gl 4.6-9). Les Thessaloniciens tournaient désormais le dos aux idoles inertes et mensongères, pour contempler et servir un Dieu vivant, un Dieu vrai.

Les idoles de bois ou de pierre du monde païen ont fait place à celles plus raffinées du monde «christianisé». Mais il est toujours vrai qu'on ne peut pas servir deux maîtres (Luc 16:13 lc 16.9-13). Qui servons-nous: Dieu ou nos convoitises? Et qu'attendons-nous? Le Fils de Dieu ou la colère qui vient?