1 Samuel

1 Samuel 7:2-17

Israël retourne à l'Éternel – Défaite des Philistins à Ében-Ézer

2 Et il arriva, depuis le jour où l'arche fut installée à Kiriath-Jéarim, qu'il se passa bien des jours. Et cela dura 20 ans. Et toute la maison d'Israël se lamenta après l'Éternel.

3 Alors Samuel parla à toute la maison d'Israël, en disant : « Si de tout votre cœur vous retournez à l'Éternel, ôtez du milieu de vous les dieux étrangers et les Ashtaroths, et attachez fermement votre cœur à l'Éternel et servez-le, lui seul. Et il vous délivrera de la main des Philistins. »

4 Alors les fils d'Israël ôtèrent les Baals et les Ashtaroths, et ils servirent l'Éternel seul.1
1 date : environ 1100 av. J.-C.

5 Et Samuel dit : « Rassemblez tout Israël à Mitspa et je prierai l'Éternel pour vous. »

6 Et ils se rassemblèrent à Mitspa et puisèrent de l'eau et la répandirent devant l'Éternel. Et ce jour-là, ils jeûnèrent et dirent là : « Nous avons péché contre l'Éternel. » Et Samuel jugea les fils d'Israël à Mitspa.

7 Or les Philistins apprirent que les fils d'Israël s'étaient rassemblés à Mitspa, et les princes des Philistins montèrent contre Israël. Et les fils d'Israël l'apprirent et eurent peur des Philistins.

8 Alors les fils d'Israël dirent à Samuel : « Ne cesse pas de crier pour nous vers l'Éternel notre Dieu, afin qu'il nous sauve de la main des Philistins ! »

9 Et Samuel prit un agneau de lait et l'offrit tout entier en holocauste à l'Éternel. Puis Samuel cria vers l'Éternel pour Israël et l'Éternel l'exauça.

10 Et il arriva, comme Samuel offrait l'holocauste, que les Philistins s'approchèrent pour livrer bataille à Israël. Et ce jour-là, l'Éternel fit gronder un grand tonnerre sur les Philistins et les mit en déroute. Et ils furent battus devant Israël.

11 Et les hommes d'Israël sortirent de Mitspa et poursuivirent les Philistins et les frappèrent jusqu'en dessous de Beth-Car.

12 Alors Samuel prit une pierre et la plaça entre Mitspa et Shen1, et il l'appela du nom d'Ében-Ézer2 et dit : « L'Éternel nous a secourus jusqu'ici. »
1 ou : le Rocher. 2 Ében-Ézer : la pierre de secours.

13 Et les Philistins furent humiliés et n'entrèrent plus sur le territoire d'Israël. Et la main de l'Éternel fut sur les Philistins pendant tous les jours de Samuel.

14 Alors les villes que les Philistins avaient prises à Israël retournèrent à Israël, depuis Ékron jusqu'à Gath. Et Israël délivra leur territoire de la main des Philistins. Et il y eut paix entre Israël et les Amoréens.

Samuel, juge d'Israël

15 Et Samuel jugea Israël tous les jours de sa vie.

16 Et il allait d'année en année faire un circuit par Béthel et Guilgal et Mitspa, et il jugeait Israël dans tous ces lieux.

17 Puis il s'en retournait à Rama, car c'est là qu'était sa maison et qu'il jugeait Israël. Et il bâtit là un autel à l'Éternel.

«Il se passa bien des jours, 20 années»! (verset 2). Pour qui ce temps est-il long? Pas pour le peuple qui n'a pas l'air d'en souffrir! Ni pour Abinadab et les siens, sans doute, heureux de la présence de l'arche dans leur maison! Mais Dieu, qui attendait, a compté ces 20 longues années.

Enfin le travail de conscience se produit: le peuple se lamente. Samuel lui parle de la part de l'Éternel. Il s'agit de se détourner des idoles pour servir le Dieu vivant et vrai (1 Thessaloniciens 1:9 1th 1.6-10). Israël obéit et Samuel peut alors parler à l'Éternel en sa faveur.

Mais le rassemblement du peuple de Dieu ne peut convenir à l'ennemi. Il le considère comme une provocation. Les Philistins s'avancent... et l'Éternel donne la victoire à Israël: Réponse à l’humiliation du peuple repentant et à l’intercession du médiateur fidèle. Ében-Ézer: Pierre de secours; «l'Éternel nous a secourus jusqu'ici» (verset 12). Chacun de nous peut-il aussi le dire avec reconnaissance? Heureuses expériences qui glorifient la grâce divine; il faut nous en souvenir.

Samuel sera le dernier des juges (Actes 13:20 ac 13.16-20). Il remplit ses fonctions vis-à-vis du peuple. Mais en même temps il reste, par son autel, en communion avec l'Éternel, devant lequel, tout jeune, il avait appris déjà à se prosterner (ch. 1 v. 28 1s 1.21-28).