1 Jean

1 Jean 4:11-21

L'amour de Dieu en nous

11 Bien-aimés, si Dieu nous a ainsi aimés, nous aussi, nous devons nous aimer les uns les autres.

12 Personne n'a jamais vu Dieu. Si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous et son amour est rendu parfait1 en nous.
1 ou : accompli.

13 À ceci nous savons que nous demeurons en lui et lui en nous, c'est qu'il nous a donné de son Esprit.

14 Et nous, nous avons vu et nous témoignons que le Père a envoyé le Fils [pour être le] Sauveur du monde.

15 Celui qui reconnaît que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui et lui en Dieu.

16 Et nous, nous avons connu et cru l'amour que Dieu a pour1 nous. Dieu est amour et celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu et Dieu demeure en lui.
1 c.-à-d. : à l'égard de.

L'amour de Dieu avec nous

17 C'est en cela1 qu'est rendu parfait2 l'amour avec nous, afin que nous ayons de l'assurance au jour du jugement, parce que, comme il est, lui, nous sommes, nous aussi, dans ce monde.
1 « en cela » renvoie à ce qui précède. 2 ou : accompli.

18 Il n'y a pas de crainte dans l'amour, mais l'amour parfait chasse la crainte, car la crainte implique une punition. Et celui qui craint n'est pas rendu parfait1 dans l'amour.
1 ou : accompli.

19 Nous, nous aimons parce que lui nous a aimés le premier.

Il est impossible d'aimer Dieu et de haïr son frère

20 Si quelqu'un dit : « J'aime Dieu » et qu'il haïsse son frère, il est menteur. Car celui qui n'aime pas son frère qu'il voit ne peut pas aimer Dieu qu'il ne voit pas.1
1 plusieurs manuscrits portent : comment peut-il aimer Dieu qu'il ne voit pas ?

21 Et nous avons ce commandement de sa part : Que celui qui aime Dieu aime aussi son frère.

Deux faits d'une portée illimitée: Christ laissant sa vie pour nous (ch. 3 v. 16 1j 3.16-22) et Dieu envoyant son Fils (ch. 4 v. 10 1j 4.7-11) ont révélé aux hommes l'amour divin. Et maintenant cet amour leur est donné à connaître encore d'une troisième manière: en ce que les rachetés du Seigneur s'aiment les uns les autres. C'est ainsi que Dieu est — ou devrait être — rendu visible (v. 12) depuis que Jésus n'est plus sur la terre (Jean 1. 18 j 1.18). Il n'est pas possible d'aimer Dieu et de ne pas aimer ses enfants. Quand quelqu'un nous est réellement cher, tout ce qui se rapporte à lui nous est cher aussi. Par exemple quelqu'un qui aime vraiment son conjoint, aime aussi la famille de celui-ci. Et Dieu ne se contente pas d'un amour verbal (ch. 3 v. 18 1j 3.16-22). Constamment dans cette épître reviennent les expressions «si nous disons…» (ch. 1 v. 6, 8, 10 1j 1.5-10), «celui qui dit…» (ch. 2 v. 4, 6, 9 1j 2.4-11), «si quelqu'un dit…» (v. 20). «Nous nous aimons…», pouvons-nous affirmer avec l'apôtre (v. 19). Alors, montrons-le!

Nous avons trouvé dans ces versets:

  1. l'amour pour nous (v. 9 1j 4.7-10); c'est le salut déjà accompli;
  2. l'amour en nous (v. 12, 15, 16), versé par l'Esprit dans nos cœurs;
  3. enfin, l'amour avec nous (v. 17), nous donnant de l'assurance même pour paraître bientôt devant Dieu.

Telle est la parfaite activité envers nous de cet amour divin!