1 Jean

1 Jean 2:12-19

Trois degrés de maturité spirituelle

12 Je vous écris, enfants1, parce que vos péchés vous sont pardonnés à cause de son nom.
1 enfants : terme général évoquant la filiation ; aux versets 13 et 18, l'appellation « petits enfants » marque le jeune âge ; les « enfants » des versets 12 et 28 englobent les trois catégories : petits enfants, jeunes gens et pères.

13 Je vous écris, pères, parce que vous connaissez1 celui qui est dès le commencement.
Je vous écris, jeunes gens, parce que vous avez vaincu2 le Méchant.
1 c.-à-d. : vous avez connu et vous connaissez. 2 vous avez vaincu et êtes victorieux.

14 Je vous ai écrit, petits enfants, parce que vous connaissez1 le Père.
Je vous ai écrit, pères, parce que vous connaissez1 celui qui est dès le commencement.
Je vous ai écrit, jeunes gens, parce que vous êtes forts et que la parole de Dieu habite en vous et que vous avez vaincu2 le Méchant.
1 c.-à-d. : vous avez connu et vous connaissez. 2 vous avez vaincu et êtes victorieux.

«.N'aimez pas le monde ! »

15 N'aimez pas le monde ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu'un aime le monde, l'amour du Père n'est pas en lui.

16 En effet, tout ce qui est dans le monde — la convoitise de la chair et la convoitise des yeux et l'orgueil de la vie — ne vient pas du Père, mais vient du monde.

17 Or le monde s'en va et sa convoitise, mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement.

Les antichrists

18 Petits enfants, c'est la dernière heure. Et comme vous avez entendu [dire] que l'Antichrist vient, il y a aussi maintenant beaucoup d'antichrists. Par conséquent, nous savons que c'est la dernière heure.

19 Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n'étaient pas des nôtres1, car s'ils avaient été des nôtres1, ils seraient restés avec nous. Mais c'est afin qu'ils soient tous manifestés comme n'étant pas des nôtres1.
1 littéralement : de nous.

Paul considère les chrétiens comme formant l'Assemblée de Dieu. Pour Pierre, ils constituent Son peuple céleste et Son troupeau. Pour Jean, ils sont membres de Sa famille, unis par la même vie reçue du Père. En général dans une famille, les frères et les sœurs sont d'âge et de développement différents — bien que la relation et la part d'héritage du dernier-né soient les mêmes que celles du fils de 20 ans. Il en est ainsi dans la famille de Dieu. On y entre par la nouvelle naissance (Jean 3:3 j 3.1-8) laquelle est normalement suivie d'une croissance spirituelle. Le petit enfant qui savait seulement reconnaître son Père (comp. Gal. 4:6 gl 4.1-7; Rom. 8:15-17 rm 8.12-17) passe au stade de la jeunesse et des combats. Combats dont l'enjeu est son cœur: sera-t-il pour le Père ou pour le monde? La convoitise de la chair, celle des yeux et l'orgueil de la vie sont les trois clés dont se sert «le Méchant» pour faire pénétrer le monde dans tout cœur où il trouve de la place.

Enfin le jeune homme devient, ou devrait devenir, un père, ayant une expérience personnelle de Christ.

C'est aux petits enfants que l'apôtre écrit le plus longuement. Ils sont de par leur inexpérience plus exposés à «tout vent de doctrine». Craignons de rester toute notre vie de petits enfants (Éph. 4:14 ep 4.10-16).