Genèse

Chapitre 38

Ce chapitre nous montre une de ces circonstances remarquables dans lesquelles la grâce de Dieu triomphe glorieusement du péché de l’homme. «Il est évident que notre Seigneur a surgi de Juda» (Héb. 7:14). — Comment cela? «Juda engendra Pharès et Zara de Thamar» (Matt. 1:3). Ce fait mérite toute l’attention de nos cœurs. Dieu, dans sa grâce infinie, s’élève au-dessus du péché et de la folie de l’homme, pour accomplir les desseins de son amour et de sa miséricorde. Ainsi, un peu plus loin, dans ce même évangile selon Matthieu, nous lisons: «Et David le roi engendra Salomon, de celle qui avait été femme d’Urie». Il est digne de Dieu d’agir ainsi. L’Esprit de Dieu nous fait suivre la généalogie de Christ selon la chair; et place dans cette chaîne les noms de Thamar et de Bath-Shéba! Il est évident qu’il n’y a rien là de l’homme. Celui auquel nous arrivons à la fin de ce chapitre de l’évangile de Matthieu, c’est bien Dieu manifesté en chair, révélé comme tel par la plume du Saint Esprit. L’homme n’aurait jamais pu inventer une généalogie pareille. D’un bout à l’autre elle est divine, et nul homme spirituel ne peut la lire sans trouver dans son contenu une manifestation de la grâce, d’abord, et ensuite de la divine inspiration de l’évangile de Matthieu, au moins pour ce qui regarde cette généalogie de Christ selon la chair (comp. 2 Sam. 11 et Gen. 38 avec Matthieu 1).