Michée

Chapitre 2

Au chapitre 2, le prophète signale les causes morales du jugement de Dieu, la violence et l’oppression effrontée; on formait des desseins de violence pour satisfaire à sa cupidité, et l’Éternel formait aussi des desseins de jugement contre eux (v. 1-5). Ils refusaient la parole du témoignage: elle leur sera ôtée; et ce fait sera accompagné de ce terrible jugement, que l’esprit d’erreur et d’ivrognerie serait pour eux la prophétie1. Ils se levaient comme un ennemi; leur iniquité n’épargnait ni les femmes, ni les enfants (v. 8, 9). L’Éternel somme tous ceux qui ont des oreilles pour écouter, de se lever et de se séparer de toute cette iniquité. Un tel état de choses ne saurait être le repos du peuple de Dieu. Comment les saints de l’Éternel se reposeraient-ils dans la souillure (v. 10, 11)? Cependant, l’Éternel ne renonçait nullement à son propos arrêté de bénédiction à l’égard d’Israël; il rassemblerait en entier le nombreux troupeau de ses soins. Celui qui frayerait le chemin, qui renverserait et briserait tout obstacle, irait devant eux. Ils sortiraient de l’endroit où ils auraient été captifs. Leur roi passerait devant eux, et l’Éternel serait à leur tête (v. 12, 13).

1 Le verset 6 est très obscur. Il faut lire — littéralement: «Ne prophétisez point, prophétisent-ils. S’ils ne prophétisent pas à ceux-ci, l’ignominie ne s’éloignera pas». Le chapitre 3:7, l’explique peut-être.