Jérémie

Chapitre 29

D’un autre côté, le prophète console ceux qui, par le jugement de Dieu, sont soumis au joug qu’il leur a imposé. Les Juifs à Babylone doivent demeurer en paix, cherchant paisiblement la prospérité de la ville où ils sont captifs. Le temps de la délivrance viendra. L’esprit de rébellion sera puni. Enfin, après avoir insisté sur la soumission du peuple au jugement, Dieu révèle ses propres pensées de grâce. Cette soumission était nécessaire, vu le péché d’Israël, car Dieu a dû maintenir son caractère, et ne pas s’identifier avec les voies d’un peuple rebelle. Mais il fallait qu’il se manifestât tel qu’il est, dans sa grâce. L’exécution du jugement, l’état de ruine où se trouvait Israël, font d’autant plus ressortir toute la vérité et tout l’éclat de la grâce de Dieu.

Quelques détails sur les circonstances qui accompagnent le jugement et l’étendue de ses effets, méritent notre attention, ainsi que le caractère que Dieu y déploie.