Ézéchiel

Chapitre 25

Le chapitre 25 a un caractère spécial. Les nations circonvoisines et qui étaient sur le territoire même d’Israël, se réjouissaient de tout leur cœur de la destruction de Jérusalem et du sanctuaire. C’est pourquoi Dieu exécuterait des jugements sur elles. Ammon, Moab, Édom et les Philistins sont les objets de cette prophétie. On peut voir le témoignage de Dieu contre Édom encore plus développé dans Abdias. Ces nations sauraient aussi, par le jugement qui tomberait sur elles, que l’Éternel seul est Seigneur, alors même que Jérusalem n’en avait pas été un fidèle témoin. Les chapitres 24 et 25 vont ensemble. Le chapitre 25, s’il a la même date, anticipe les événements, qui ont donné lieu à la manifestation de haine qui est l’occasion du jugement prononcé; mais cet esprit s’est montré dans ces tribus ou nations, depuis le commencement des désolations de Juda et de Jérusalem. L’introduction, ici, de ces nations, se comprend facilement, car elles partageraient le sort de Jérusalem, et sont comprises aussi dans ce jugement, parce qu’elles étaient sur le territoire même d’Israël. Un autre élément remarquable, qui se retrouve dans d’autres prophéties sur Édom et donne une portée plus grande à celle-ci, c’est l’avertissement que la vengeance exécutée à la fin sur Édom, le serait par la main même d’Israël (comp. Abdias 17, 18, et ce chapitre 25:14).

Tyr, tout en étant dans un certain sens dans le territoire d’Israël, a un autre caractère, et fait le sujet (ch. 26, 27, 28) d’une prophétie à part, parce qu’elle représente le monde et ses richesses, en contraste avec Israël, peuple de Dieu, et qu’elle se réjouit, non pas par une espèce de haine personnelle et de même nature que les autres, mais comme ayant des intérêts opposés, de sorte que, sous ce rapport, la destruction de ce qui la gênait était pour elle une sorte de joie. Elle pouvait donner libre cours à son égoïsme matériel. Il importe de remarquer dans ces prophéties, de quelle manière Dieu expose et juge toutes les pensées des hommes à l’égard de son peuple, et de ce qu’ils ont été par rapport à Lui.