Ésaïe

Chapitre 53

L’incrédulité d’Israël est déclarée. Voici la forme de ce chapitre, qui est de tout intérêt. Ainsi que nous l’avons vu dans les Psaumes et ailleurs, la vraie repentance d’Israël vient après sa délivrance, c’est-à-dire après que le jugement auquel il sera soumis en tant que jugé de l’Éternel aura pris fin. La manifestation glorieuse du Christ comme son libérateur, produit le sentiment profond du péché qu’il a commis quand il l’a rejeté. C’est le sujet du Ps. 130, l’affliction du jour des expiations. Cette affliction, le chapitre 53 l’exprime. À partir du second verset, l’Esprit parle par la bouche du résidu des réchappés d’Israël, lesquels confessent leur péché de l’avoir méprisé. Cependant ils expriment en même temps leur foi dans l’efficacité de son œuvre, vers. 5. Le premier verset fait voir que le témoignage de Christ, adressé à la foi, avait été rejeté; ils croient quand ils voient. Il n’est pas nécessaire que je commente ce chapitre, gravé dans le cœur de tout vrai chrétien. Nous avons, par l’œuvre du Saint Esprit envoyé des cieux, anticipé et plus qu’anticipé la foi du résidu en la valeur de l’œuvre dont il est ici parlé, et leur péché aussi qu’ils confessent, pour autant qu’il concerne la nation. Ils l’avaient estimé «battu, frappé de Dieu», parole dont la portée est maintenant comprise. J’ai la conviction qu’au verset 11, les deux parties de l’œuvre de Christ sont distinguées. Par sa connaissance, il amènera plusieurs à la justice, ou enseignera la justice à plusieurs, et il portera leurs iniquités.