Ésaïe

Chapitres 5 et 6

Au chapitre 5, où il s’agit du premier caractère des jugements, il n’y a pas de résidu, c’est simplement le jugement public et complet de la nation, où tout, à cet égard, dépendait de la responsabilité du peuple. Dans les évangiles, Dieu cherche du fruit. Christ pouvait déchausser le figuier et y mettre du fumier, mais tout en le faisant il cherchait du fruit. C’est pourquoi le figuier est maudit et ne portera jamais de fruit, — type d’Israël (de l’homme) sous la première alliance. Au chapitre 6, Dieu agit à l’intérieur, dans ses propres relations avec le peuple, et nous trouvons un résidu et le rétablissement assuré du peuple; car les dons et l’appel de Dieu sont sans repentir. Ici aussi il s’agit de Christ. Dieu ne rejettera point son peuple pour toujours, et la foi prophétique dit: «Jusques à quand?» — comme ailleurs il est dit: «Il n’y a personne avec nous qui sache jusques à quand». Car, «quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il de la foi sur la terre?» Mais ceci demande plus de développements.