Deutéronome

Chapitre 30

Nouveau principe après les conséquences de la désobéissance et le retour

Israël subissant les conséquences de la violation de la loi

Arrêtons-nous un moment sur ce dernier point. Le chap. 30 nous fournit un principe important. [30:1] Il suppose que le peuple a déjà subi les conséquences de son obéissance et de sa désobéissance, qu’il est chassé du pays et étranger au milieu des nations. Dans un tel cas la loi ne peut plus être suivie et, en effet, la violation de la loi a, dès ce moment-là, produit ses fruits.

Retour de cœur du peuple à l’Éternel, et bénédiction de Celui-ci

Mais alors, un principe tout nouveau est introduit : [30:2] le retour du cœur du peuple à l’Éternel et, il faut l’ajouter, l’obéissance en esprit. [30:5] En suite de cela l’Éternel les fait entrer dans leur pays, et les y bénit. [30:7] La malédiction est transférée à leurs ennemis, [30:8] et ils gardent dans le pays les ordonnances de l’Éternel, [30:9] en jouissant de nouveau de sa pleine bénédiction ; [30:11-13] car le commandement n’était ni dans le ciel, ni au delà de la mer, [30:14] mais dans le cœur et dans la bouche. Ce n’est pas la nouvelle alliance, mais c’est la foi, saisissant en principe l’esprit de la loi et tournant le cœur vers le Seigneur, en des circonstances où la loi est extérieurement impraticable.

Retour du cœur quand la justice par la loi est impossible, accompli en Christ

L’établissement de la nouvelle alliance, basé sur ce retour du cœur, à une époque ordonnée de Dieu, sera quelque chose de bien défini. [30:2] Ici, nous avons le principe du retour du cœur d’Israël, lorsqu’il sera sous la malédiction de la loi qu’il avait violée. L’apôtre cite ce passage [(Rom. 10:6-8)] pour montrer ce qui forme la base du principe : un témoignage rendu à ce qu’est la justice par la foi, et il l’applique à Christ lui-même en montrant qu’Il est « fin de la loi pour justice à tout croyant » [(Rom. 10:4)]. Dans notre passage, c’est le retour de leur cœur à l’objet et à la fin de la loi, quand le jugement pèse sur eux, pour l’avoir violée, et que toute espérance de justice par son accomplissement est impossible. Le principe lui-même est contenu dans ce passage, où l’apôtre introduit Christ comme en étant le vrai accomplissement.

Ch. 30 v. 19-20 — Choix entre le bien et le mal, et ses conséquences

[30:19] À la fin du chapitre, Moïse déclare qu’il a mis maintenant devant eux le bien et le mal, et qu’ils auront à subir les conséquences de leur choix.