Deutéronome

Chapitre 29

Application des principes du gouvernement divin à la conscience du peuple

Le chap. 29 est l’application personnelle de tout ce qui précède, à la conscience du peuple collectivement et individuellement, [29:18] afin qu’il n’y ait aucune racine amère du péché (comp. en Héb. 12:15, l’application de cette exhortation à la discipline et aux soins charitables de l’Assemblée).

Ch. 29 v. 29 — Conseils secrets de Dieu en faveur du peuple, malgré leur conduite

Le vers. 29 exige une remarque. Nous y trouvons le contraste entre les conséquences ainsi révélées de l’obéissance et de la désobéissance, et les conseils de Dieu en faveur du peuple malgré leur désobéissance, conseils qui évidemment ne pouvaient être une règle pour leur conduite : cette règle se trouvait dans les ordonnances de la loi. Le sens de ce verset a été tellement tordu, qu’il vaut la peine de faire remarquer sa force. Les choses secrètes sont les conseils de Dieu à l’égard du peuple, lors même qu’il aurait été désobéissant et chassé de son pays ; mais quoiqu’elles ne soient pas la règle de conduite, elles sont révélées et sont d’un haut intérêt. Dans ce qui suit, Dieu commence déjà à les présenter à notre attention ; et sûrement il convient que nous les considérions.

Ainsi nous avons, dans ces chapitres, les relations du Juif pieux avec Dieu, fondées sur l’accomplissement des promesses faites aux pères, dans la jouissance actuelle de la terre [(ch. 26)] ; les relations du peuple avec Dieu, en présence de la malédiction prononcée sur la violation de la loi [(ch. 27)] ; les relations du peuple avec Dieu selon les principes de son gouvernement, et les conséquences produites par leur obéissance ou leur désobéissance [(ch. 28)] ; et finalement, après que la désobéissance aura porté son fruit, les desseins de Dieu selon son propre arrêté que rien ne peut changer [(ch. 29)].