Actes des Apôtres

Chapitre 11:19-30

Le verset 19 du chap. 11 commence l’historique du nouvel ordre de choses par lequel le ministère de Paul se distingue. D’entre ceux qui avaient été dispersés à l’occasion de la mort d’Étienne, des hommes sont allés même jusqu’à Antioche, prêchant le Seigneur Jésus, des hommes qui, étant de Chypre et de Cyrène, étaient plus habitués que les Juifs de Judée à des rapports avec les Grecs. Ils s’adressent donc, dans cette ancienne capitale des Séleucides, à des Grecs: beaucoup d’entre ceux-ci reçoivent leur parole et se convertissent au Seigneur. L’Assemblée à Jérusalem, déjà préparée par la conversion de Corneille, par laquelle Dieu lui avait enseigné l’admission des Gentils parmi les chrétiens, accepte aussi le fait de l’admission de ces Grecs d’Antioche, et elle y envoie Barnabas qui était de Chypre, homme de bien et plein du Saint Esprit. Le cœur de Barnabas est plein de joie en voyant l’œuvre de la grâce de Dieu dans cette ville; aussi un grand nombre de personnes est ajouté au Seigneur (vers. 24).

Tout se lie encore à l’œuvre à Jérusalem, quoique s’étendant maintenant aux Gentils. Ne suffisant plus à l’œuvre, à ce qu’il paraît, et quoi qu’il en soit, conduit de Dieu, Barnabas va chercher Saul à Tarse, où celui-ci s’était rendu parce qu’on avait cherché à le tuer à Jérusalem (chap. 9:29): et ces deux hommes se réunissent avec l’Assemblée d’Antioche et enseignent une grande foule. Tout se passe encore en liaison avec Jérusalem, je le répète: — des prophètes qui annoncent une famine descendent de cette ville à Antioche; les rapports du troupeau d’Antioche avec Jérusalem comme centre, se montrent et se resserrent par l’envoi de secours à cette métropole religieuse du Judaïsme, ainsi que du Christianisme, envisagé comme ayant son commencement dans le Résidu d’Israël qui croyait en Jésus comme le Christ.

Barnabas et Saul eux-mêmes sont chargés des secours que les chrétiens d’Antioche envoient à leurs frères nécessiteux et ils montent à Jérusalem pour accomplir ce service. Cette circonstance nous ramène à Jérusalem, où l’Esprit a encore quelque côté nouveau des voies de Dieu à nous montrer.