2 Thessaloniciens

Chapitre 3

Il demande leurs prières pour qu’il soit gardé dans ses travaux, ne pouvant que s’attendre à trouver devant lui des hommes déraisonnables et ennemis, «car la foi n’est pas de tous». Tout ce qu’il fallait, c’était la main protectrice de Dieu; et, quant aux Thessaloniciens, Paul comptait à cet égard sur la fidélité du Seigneur; il comptait aussi sur leur obéissance, et priait Dieu de diriger leurs cœurs vers ces deux points, dont nous avons parlé dans notre examen de la première épître, savoir l’amour de Dieu et la patience avec laquelle le Christ attendait, ces deux points dans lesquels se résume toute la vie chrétienne à l’égard de ses objets, de ses ressorts moraux. Christ lui-même attendait, douce pensée! Les Thessaloniciens devaient attendre avec Lui, jusqu’au moment où son cœur et le cœur des siens seraient réjouis ensemble par leur réunion.

C’était ce qu’il leur fallait. D’un côté, ils avaient cru que les saints morts ne seraient pas prêts à aller au-devant du Seigneur; d’un autre, ils croyaient le jour du Seigneur déjà là: la jouissance de l’amour de Dieu et la tranquillité d’âme dans l’attente de Jésus leur étaient nécessaires.

L’excitation produite par les fausses idées qui leur avaient été communiquées se trahissait aussi chez quelques-uns en ce qu’ils négligeaient leurs occupations habituelles, «ne travaillant pas du tout, mais se mêlant de tout», s’immisçant dans les affaires d’autrui. L’apôtre leur avait donné un tout autre exemple; et il voulait que les Thessaloniciens montrassent de la fermeté et se retirassent de ceux qui n’écouteraient pas ses admonitions et qui marcheraient dans le désordre et l’oisiveté; non pas, cependant, de manière à les traiter comme des ennemis, mais en les exhortant comme des frères.

On remarquera que, dans cette épître, nous ne trouvons plus chez les Thessaloniciens, les mêmes indices d’énergie, de communion et de vie dont témoignait la première (comp. chap. 3:16 et 1 Thess. 5:23). Toutefois le Seigneur était toujours le Seigneur de paix; mais la beauté de l’entière consécration à Dieu qui brillera au jour de Christ, ne se présente plus, comme auparavant, à l’esprit et au cœur de l’apôtre. Cependant il demande pour les Thessaloniciens la paix, toujours, en toute manière.

L’apôtre indique, en terminant, la méthode par laquelle il assurait les fidèles de l’authenticité de ses lettres. Sauf pour celle aux Galates, Paul a employé d’autres personnes pour écrire ses lettres; mais il atteste l’authenticité et l’exactitude de chaque lettre par sa propre signature; puis il ajoute la prière ou bénédiction.