2 Samuel

Chapitre 1er

Cependant la piété et les sentiments pieux, et par conséquent généreux, étaient réels en David. Il ne feignait pas d’avoir le cœur touché du malheur de Saül pour saisir la royauté sans regret aussitôt que Saül aurait cessé d’exister. En recevant la nouvelle de sa mort, David a réellement le cœur fondu: Malheur à l’homme endurci qui, poussé par l’espoir d’une récompense, espérait, en lui apprenant cette mort, être porteur de bonnes nouvelles! Quelle que fût son infortune, Saül était pour David le roi d’Israël. Il était, quelles que fussent ses fautes, un roi malheureux. David en avait été aimé. Il avait été un des habitués de sa maison où le malheur du roi se manifestait devant ses yeux, et commandait le respect de ceux qui l’approchaient de si près. Et si Saül avait poursuivi David sans cause, à ce moment il lui était facile de l’oublier. David, à la mort de Saül, ne veut se souvenir que de ce qui peut honorer celui qui est tombé; et, par-dessus tout, il se rappelle que ce sont l’oint de l’Éternel et le peuple de l’Éternel qui sont tombés devant ses ennemis.

David ordonne de mettre à mort l’homme qui, trompé par l’égoïsme, s’était accusé de manquer de toute crainte de l’Éternel, de tout sentiment bon et généreux. Car David craint Dieu, et l’oint de l’Éternel a un grand prix à ses yeux. Alors il épanche son cœur devant Dieu, dans les accents touchants d’une douleur dont l’expression, attendrissante et solennelle rappelle tout ce qui pouvait exalter Saül, et laisse échapper les tendres et affectueux souvenirs qui lui sont suggérés par son cœur. Belle expression des fruits de l’Esprit de Dieu! Enfin, la foi agit en David, et il ne se décourage nullement. Si cette infortune l’afflige, elle lui donne aussi l’occasion de mettre d’autres en garde contre une semblable calamité. David fait apprendre à Juda le chant de l’arc, l’emploi de cette arme par laquelle Saül était tombé. David dans son humilité, marche encore bien. Il demande à l’Éternel s’il doit monter en Juda et en quel lieu; et l’Éternel le dirige. David témoigne aussi aux habitants de Jabès de Galaad, sa satisfaction de leur conduite à l’égard de Saül.