Apocalypse 21:9-27

Apocalypse 21:9-27

L'Épouse, nouvelle Jérusalem

9 Et l'un des 7 anges qui avaient eu les 7 coupes pleines des 7 derniers fléaux, vint et me parla, en disant : Viens, je te montrerai l'Épouse, la femme de l'Agneau.

10 Et il m'emporta en esprit sur une grande et haute montagne, et il me montra la cité sainte, Jérusalem, descendant du ciel d'auprès de Dieu,

11 ayant la gloire de Dieu. Son éclat était semblable à [celui d']une pierre très précieuse, comme une pierre de jaspe cristallin.

12 Elle avait une grande et haute muraille. Elle avait 12 portes, et aux portes 12 anges, et des noms écrits sur [elles], qui sont [les noms] des 12 tribus des fils d'Israël :

13 à l'est, 3 portes ; et au nord, 3 portes ; et au sud, 3 portes ; et à l'ouest, 3 portes.

14 Et la muraille de la cité avait 12 fondations, et sur elles, les 12 noms des 12 apôtres de l'Agneau.

15 Et celui qui me parlait avait pour mesure un roseau d'or pour mesurer la cité, et ses portes, et sa muraille.

16 Et la cité est bâtie en carré et sa longueur est aussi grande que sa largeur. Et il mesura la cité avec le roseau, 12 000 stades1 ; sa longueur, et sa largeur, et sa hauteur sont égales.
1 1 stade = 185 m environ ; ce qui fait 2 200 km environ ; nombre symbolique.

17 Et il mesura sa muraille, 144 coudées1, mesure d'homme, c'est-à-dire d'ange.
1 1 coudée = 50 cm environ ; ce qui fait 70 m environ ; nombre symbolique.

18 Et sa muraille était construite en jaspe ; et la cité était d'or pur, semblable à du verre pur.

19 Les fondations de la muraille de la cité étaient ornées de toute pierre précieuse. La 1re fondation était de jaspe, la 2e de saphir, la 3e de calcédoine, la 4e d'émeraude,

20 la 5e de sardonyx, la 6e de sardoine1, la 7e de chrysolithe, la 8e de béryl, la 9e de topaze, la 10e de chrysoprase, la 11e d'hyacinthe, la 12e d'améthyste.
1 ou : cornaline.

21 Et les 12 portes étaient 12 perles ; chacune des portes était d'une seule perle. Et la place de la cité était d'or pur, comme du verre transparent.

22 Et je ne vis pas de temple en elle, car le °Seigneur Dieu, le Tout-Puissant, est son temple, ainsi que l'Agneau.

23 Et la cité n'a pas besoin du soleil ni de la lune pour l'éclairer, car la gloire de Dieu l'a illuminée, et l'Agneau est sa lampe.

24 Et les nations marcheront à sa lumière et les rois de la terre lui apporteront leur gloire.

25 Et ses portes ne seront absolument pas fermées de jour, car là il n'y aura pas de nuit.

26 Et on lui apportera la gloire et l'honneur des nations.

27 Et il n'y entrera aucune chose souillée ni [celui] qui commet abomination et mensonge, mais seulement ceux qui sont écrits dans le livre de vie de l'Agneau.

Après avoir entrouvert le voile sur l'état éternel (v. 1 à 8 ap 21.1-8), l'Esprit revient en arrière à la période du règne de Christ. Il nous présente une ville qui n'est plus Rome ou Babylone mais la sainte Jérusalem, «l'Épouse, la femme de l'Agneau». Toute cette description est symbolique. Nos sens actuels ne peuvent percevoir, ni nos esprits concevoir, ce qui appartient à la nouvelle création (1 Cor. 13:12 1cr 13.8-13). Comment expliquer par exemple à un aveugle de naissance ce que c'est que les couleurs? Aussi Dieu prend-Il ce qu'il y a de plus beau et de plus rare sur la terre: l'or, les pierres précieuses, pour nous donner quelque notion de ce que nous réserve le ciel. Le luminaire et la muraille de jaspe (v. 11, 18) nous parlent de la manifestation des gloires de Christ dans et par l'Église (ch. 4 v. 3 ap 4.1-7). Celle-ci est illuminée par la lumière brillant dans la lampe: la gloire de Dieu «concentrée» dans l'Agneau (v. 23). À son tour, la sainte cité diffuse cette divine lumière au profit de la terre milléniale (v. 24). C'est ce que suggère Jean 17:22 j 17.20-23: «la gloire que tu m'as donnée, moi, je la leur ai donnée… moi en eux et toi en moi; afin… que le monde connaisse…».

Et comment entrerait-il «aucune chose souillée» dans le lieu où le Seigneur habite (v. 27; lire 2 Cor. 7:1 2cr 6.14-7.1)?