Apocalypse 16:1-21

Apocalypse 16:1-21

Les six premières coupes

16 Et j'entendis une grande voix venant du temple, qui disait aux sept anges : Allez et versez sur la terre les sept coupes de la fureur de Dieu !

2 Et le premier [ange] s'en alla et versa sa coupe sur la terre. Et un ulcère mauvais et douloureux vint sur les hommes qui avaient la marque de la Bête et sur ceux qui rendaient hommage à son image.

3 Et le deuxième [ange] versa sa coupe dans la mer. Et elle devint du sang, comme d'un corps mort ; et tous les êtres vivants1 qui étaient dans la mer moururent.
1 littéralement : toute âme de vie.

4 Et le troisième [ange] versa sa coupe sur les fleuves et [sur] les sources des eaux. Et ils devinrent du sang.

5 Et j'entendis l'ange des eaux qui disait : Tu es juste, toi qui es et qui étais, le Saint1, parce que tu as exercé ce jugement2.
1 ou : pieux ; voir Actes 2:27 ; 2 Chron. 6:41-42. 2 littéralement : tu as jugé ces choses.

6 Car ils ont versé le sang des saints et des prophètes, et tu leur as donné du sang à boire ; ils le méritent1.
1 littéralement : ils sont dignes.

7 Et j'entendis l'autel qui disait : Oui, °Seigneur, Dieu, Tout-Puissant, véritables et justes sont tes jugements !

8 Et le quatrième [ange] versa sa coupe sur le soleil. Et il lui fut donné de brûler les hommes par le feu.

9 Et les hommes furent brûlés par une chaleur intense. Alors ils blasphémèrent le nom de Dieu, celui qui a autorité sur ces fléaux. Et ils ne se repentirent pas pour lui donner gloire.

10 Et le cinquième [ange] versa sa coupe sur le trône de la Bête, et son royaume devint ténébreux. Et de douleur ils se mordaient la langue

11 et ils blasphémèrent le Dieu du ciel, à cause de leurs douleurs et à cause de leurs ulcères. Et ils ne se repentirent pas de leurs œuvres.

12 Et le sixième [ange] versa sa coupe sur le grand fleuve Euphrate. Et son eau tarit, afin que soit préparée la voie des rois qui viennent de l'Orient1.
1 littéralement : du soleil levant.

L'intervalle avant la septième coupe

13 Et je vis [sortir] de la bouche du Dragon, et de la bouche de la Bête, et de la bouche du faux prophète trois esprits impurs, comme des grenouilles.

14 Car ce sont des esprits de démons qui font des miracles1 [et] qui s'en vont vers les rois de la terre habitée tout entière, pour les rassembler pour le combat du grand jour de Dieu, le Tout-Puissant.
1 littéralement : signes.

15 (Voici, je viens comme un voleur. Bienheureux celui qui veille et qui garde ses vêtements, afin qu'il ne marche pas nu et qu'on ne voie pas sa honte.)

16 Et ils les rassemblèrent1 au lieu qui est appelé en hébreu : Armaguédon2.
1 littéralement : il les rassembla. 2 vraisemblablement la montagne de Meguiddo (2 Rois 23:29 ; Zach. 12:11).

La septième coupe

17 Et le septième [ange] versa sa coupe dans l'air. Et il sortit du temple une grande voix venant du trône, qui disait : C'est fait !

18 Et il y eut des éclairs, et des voix, et des tonnerres. Et il y eut un grand tremblement de terre, un tremblement de terre tel qu'il n'y en a jamais eu d'aussi grand depuis que l'homme est sur la terre.

19 Et la grande ville fut divisée1 en trois parties et les villes des nations tombèrent. Et Dieu se souvint de Babylone la grande pour lui donner la coupe du vin de la fureur de sa colère.
1 littéralement : devint.

20 Et toute île s'enfuit et les montagnes ne furent pas trouvées.

21 Et de gros grêlons1, du poids d'un talent2, descendent du ciel sur les hommes. Et les hommes blasphémèrent Dieu à cause du fléau de la grêle, car le fléau est extrêmement grand.
1 littéralement : une grosse grêle. 2 1 talent = 45 kg environ.

Les sept coupes versées sur la terre rappellent les fléaux sur l'Égypte: ulcère, eaux changées en sang, ténèbres, grenouilles, tonnerre, grêle et feu (voir Ex. 9:23 ex 9.22-26). Au lieu de repentance, ces calamités suscitent des blasphèmes (v. 9, 11, 21). Mais un triple témoignage est rendu au Dieu Juste, par la compagnie des vainqueurs (ch. 15 v. 3, 4 ap 15.1-4), par l'ange des eaux (v. 5) et par l'autel lui-même (v. 7).

Les quatre premiers fléaux frappent respectivement les mêmes sphères que les quatre premières trompettes (ch. 8 v. 7 à 12 ap 8.7-12). Le 5e atteint le trône du chef romain. Le 6e prépare «le combat du grand jour». Enfin, avec la dernière coupe retentit la grande voix venant du trône: «c'est fait». Combien elle diffère du cri qui a annoncé pour nous la fin de la colère de Dieu contre le péché, après que le Fils de Dieu eut bu sur la croix la coupe que nous avions méritée: «C'est accompli» (Jean 19:30 j 19.28-30).

Ces événements solennels sont plus proches que nous ne pensons. «Puissions-nous ne jamais considérer le monde que comme une scène jugée, ayant conscience de l'effrayante colère à laquelle il ne peut échapper… Cela nous préservera d'être indifférents soit au mal qui est dans le monde, soit au jugement divin qui l'attend» (W.K.).