Apocalypse 14:1-13

Apocalypse 14:1-13

L'Agneau et les 144 000 rachetés sur la montagne de Sion

14 Et je regardai et voici, l'Agneau se tenait sur la montagne de Sion, et avec lui 144 000 [personnes], ayant son nom et le nom de son Père écrits sur leurs fronts.

2 Et j'entendis une voix venant du ciel, comme une voix de grandes eaux et comme une voix d'un grand tonnerre. Et la voix que j'entendis était comme [le son] de joueurs de harpe, jouant de leurs harpes.

3 Et ils chantent [comme] un cantique nouveau devant le trône, et devant les quatre Êtres vivants et les Anciens. Et personne ne pouvait apprendre le cantique, sinon les 144 000 qui ont été achetés de la terre.

4 Ce sont ceux qui ne se sont pas souillés avec des femmes, car ils sont vierges. Ce sont ceux qui suivent l'Agneau partout où il va. Ceux-là ont été achetés d'entre les hommes, des prémices pour Dieu et pour l'Agneau.

5 Et il n'a pas été trouvé de mensonge dans leur bouche ; 1 ils sont irréprochables.
1 plusieurs manuscrits ajoutent : car.

Trois anges annoncent les jugements de Dieu – Une autre voix du ciel déclare bienheureux les morts dans le Seigneur

6 Et je vis un autre ange volant au milieu du ciel, ayant l'Évangile éternel1 pour l'annoncer2 à ceux qui sont établis sur la terre, et à toute nation, et à [toute] tribu, et à [toute] langue, et à [tout] peuple,
1 littéralement : une éternelle bonne nouvelle. 2 littéralement : l'évangéliser.

7 en disant d'une voix forte : Craignez Dieu et donnez-lui gloire, car l'heure de son jugement est venue. Et rendez hommage à celui qui a fait le ciel, et la terre, et la mer, et les sources d'eau.

8 Et un autre, un deuxième ange suivit, en disant : Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande qui a fait boire à toutes les nations du vin de la fureur de sa fornication.

9 Et un autre, un troisième ange les suivit, en disant d'une voix forte : Si quelqu'un rend hommage à la Bête et à son image et s'il reçoit une marque sur son front ou sur sa main,

10 lui aussi boira du vin de la fureur de Dieu, versé sans mélange dans la coupe de sa colère. Et il sera tourmenté dans le feu et le soufre devant les saints anges et devant l'Agneau.

11 Et la fumée de leur tourment monte aux siècles des siècles ; et ils n'ont de repos ni jour ni nuit, ceux qui rendent hommage à la Bête et à son image, et celui qui reçoit la marque de son nom.

12 Ici est la persévérance des saints, [de] ceux qui gardent les commandements de Dieu et la foi en1 Jésus.
1 littéralement : de.

13 Et j'entendis une voix venant du ciel, qui disait : Écris : Bienheureux les morts qui meurent dans le Seigneur, dès maintenant ! Oui — dit l'Esprit — qu'ils se reposent de leurs travaux, car leurs œuvres les suivent.

Après une parenthèse qui nous a présenté la trinité du mal — à savoir le dragon (ch. 12), la première et la seconde bête (ch. 13) — les sept visions du ch. 14 se raccordent à la 7e trompette non encore accomplie (ch. 11 v. 15 ap 11.14-17). Mais avant d'intervenir à l'égard du mal, Dieu reconnaît et met à part un nouveau résidu de son peuple. Ces témoins ont résisté à la corruption générale. En contraste avec les masses qui portent sur leur front la marque de la bête (ch. 13 v. 16 ap 13.11-18) le nom de l'Agneau est inscrit sur le leur (v. 1). Portons-nous sans honte le nom de notre Sauveur? Chacun autour de nous peut-il voir à qui nous appartenons?

Ces croyants sont «ceux qui suivent l'Agneau partout où il ira» (v. 4; comp. Jean 1:36, 37 j 1.35-37). L'ayant suivi dans l'affliction et la souffrance, ils seront aussi ses compagnons dans le Royaume. Certains seront mis à mort par fidélité au Seigneur (comp. ch. 12 v. 11 ap 12.9-11). Le v. 13 les console. Loin de perdre leur part au règne, ils sont appelés bienheureux. Et leurs œuvres les suivent (remarquons qu'elles ne les devancent pas; ce ne sont jamais les œuvres de quelqu'un qui lui ouvrent l'accès du ciel). Chers amis, nos privilèges chrétiens sont plus élevés encore. Voudrions-nous être trouvés moins fidèles que ces témoins des derniers jours?