2 Chroniques 32:1-15

2 Chroniques 32:1-15

Destruction de l'armée assyrienne par l'Éternel

32 Après ces choses et cette fidélité, Sankhérib, roi d'Assyrie, vint, et entra en Juda, et dressa son camp contre les villes fortifiées. Et il avait l'intention d'en forcer l'entrée.

2 Et quand Ézéchias vit que Sankhérib venait et que sa face était tournée contre Jérusalem pour lui faire la guerre,

3 il tint conseil avec ses chefs et ses hommes forts pour arrêter les eaux des sources qui étaient en dehors de la ville. Et ils l'aidèrent.

4 Et un grand peuple se rassembla, et ils bouchèrent toutes les sources et le torrent qui coulait au milieu du pays, en disant : « Pourquoi les rois d'Assyrie viendraient-ils et trouveraient-ils des eaux abondantes ? »

5 Et il prit courage, et construisit toute la muraille où il y avait des brèches, et il l'éleva jusqu'aux tours. Et il [construisit] une autre muraille, à l'extérieur, et il fortifia le Millo1 [dans] la ville de David, et il fit beaucoup d'armes de jet et de boucliers2.
1 Millo : rempart ; c.-à-d. : la citadelle. 2 littéralement : petits boucliers.

6 Et il établit des chefs de guerre sur le peuple, et il les rassembla auprès de lui sur la place de la porte de la ville, et il parla à leur cœur, en disant :

7 « Soyez forts et courageux ! Ne craignez pas et ne soyez pas effrayés devant le roi d'Assyrie et devant toute la multitude qui est avec lui ! Car avec nous il y a un plus grand qu'avec lui.

8 Avec lui, il y a un bras de chair, mais avec nous est l'Éternel notre Dieu pour nous aider et pour combattre nos combats. » Et le peuple s'appuya sur les paroles d'Ézéchias, roi de Juda.

9 Après cela, Sankhérib, roi d'Assyrie, étant encore devant Lakis et ayant avec lui toutes ses forces, envoya ses serviteurs à Jérusalem vers Ézéchias, roi de Juda, et vers tous ceux de Juda qui étaient à Jérusalem, pour dire :

10 « Ainsi dit Sankhérib, roi d'Assyrie : En quoi mettez-vous votre confiance, pour que vous restiez assiégés dans Jérusalem ?

11 Ézéchias ne vous pousse-t-il1 pas à vous livrer à la mort par la famine et par la soif, en disant : "L'Éternel notre Dieu nous délivrera de la main du roi d'Assyrie" ?
1 ou : séduit-il.

12 N'est-ce pas cet Ézéchias qui a ôté ses hauts lieux et ses autels, et qui a parlé à Juda et à Jérusalem, en disant : "Vous vous prosternerez devant [ce] seul autel, et vous ferez fumer l'encens1 sur lui" ?
1 tout ce qui se brûlait, encens, holocaustes, graisses.

13 Ne savez-vous pas ce que j'ai fait, moi, et aussi mes pères, à tous les peuples des pays ? Les dieux des nations de ces pays ont-ils bien pu délivrer leur pays de ma main ?

14 Qui, parmi tous les dieux de ces nations que mes pères ont détruites, a pu délivrer son peuple de ma main, pour que votre Dieu puisse vous délivrer de ma main ?

15 Et maintenant, qu'Ézéchias ne vous trompe pas, et qu'il ne vous séduise pas de cette manière, et ne le croyez pas ! Car aucun dieu1 d'aucune nation ni d'aucun royaume n'a pu délivrer son peuple de ma main ni de la main de mes pères. Combien moins votre Dieu vous délivrera-t-il de ma main ! »
1 hébreu : éloah.

On pouvait s'y attendre: «Ces choses et cette fidélité», agréables à Dieu, étaient au contraire insupportables au grand Ennemi. Elles n'ont pas manqué de l'exciter contre Israël et contre son roi. La joie que nous pouvons goûter dans le Seigneur ne doit pas nous faire oublier la présence de cet adversaire qui rôde autour de nous comme un lion rugissant, cherchant qui il pourra dévorer (1 Pierre 5:8 1p 5.8-9). Satan va donc passer à l'attaque. Il pousse contre Jérusalem le puissant roi d'Assyrie, lequel commence par adresser au peuple un discours menaçant et perfide: Ézéchias — leur dit-il — vous livre à la mort par la faim et par la soif (verset 11). Pur mensonge! Les chambres du sanctuaire n'étaient-elles pas abondamment garnies de vivres, mises en réserve au jour de l'abondance (ch. 31 v. 10-11 2ch 31.1-13)? Et, grâce à l'aqueduc que le roi venait de construire (comparer versets 4 et 2 Rois 18:17 2r 18.17-37; 20:20 2r 20.12-21), l'eau fraîche jaillissait dans l'intérieur même de la ville.

Ainsi parle encore aujourd'hui le Menteur. À l'entendre, rester auprès de Jésus c'est s'exposer à la disette et aux privations. Mais nous savons que c'est tout le contraire! Christ est le pain de vie (Jean 6:48, 51 j 6.47-59) et il est la source des eaux vives (Jean 7:37 j 7.37-39), alors qu'au dehors règne la soif (verset 4).