Juges 16:23-31

Juges 16:23-31

Dernière vengeance et mort de Samson

23 Or les princes des Philistins se rassemblèrent pour offrir1 un grand sacrifice à Dagon leur dieu, et pour se réjouir. Et ils dirent : « Notre dieu a livré entre nos mains Samson notre ennemi. »
1 littéralement : sacrifier.

24 Et le peuple le vit et ils louèrent leur dieu, car ils disaient : « Notre dieu a livré entre nos mains notre ennemi, et celui qui dévastait notre pays, et qui multipliait nos tués. »

25 Et il arriva, comme ils avaient le cœur joyeux, qu'ils dirent : « Appelez Samson et qu'il nous amuse ! » Et ils appelèrent Samson de la maison des prisonniers, et il joua devant eux. Puis ils le placèrent entre les colonnes.

26 Et Samson dit au garçon qui le tenait par la main : « Guide-moi, et fais-moi toucher les colonnes sur lesquelles repose l'édifice, et je m'appuierai contre elles. »

27 Et l'édifice était rempli d'hommes et de femmes. Et tous les princes des Philistins étaient là, et [il y avait] sur le toit1 environ 3 000 hommes et femmes qui avaient regardé Samson jouer.
1 toit en terrasse.

28 Et Samson cria vers l'Éternel et dit : « Seigneur Éternel ! Souviens-toi de moi, je te prie, et fortifie-moi, je te prie, seulement cette fois, ô Dieu ! Et en une seule vengeance, je me vengerai des Philistins pour mes 2 yeux ! »

29 Et Samson saisit les 2 colonnes du milieu, sur lesquelles l'édifice reposait, l'une de sa main droite et l'autre de sa main gauche, et il s'appuya contre elles.

30 Puis Samson dit : « Que mon âme meure avec les Philistins ! » Et il poussa avec force, et l'édifice tomba sur les princes et sur tout le peuple qui y était. Et les morts qu'il fit mourir dans sa mort furent plus nombreux que ceux qu'il avait fait mourir pendant sa vie.

31 Et ses frères et toute la maison de son père descendirent et l'emportèrent. Et ils le remontèrent et l'enterrèrent entre Tsorha et Eshtaol dans le tombeau de Manoah son père. Et il avait jugé Israël [pendant] 20 ans.

Pauvre Samson! Voici la fin de sa solennelle histoire: Aveugle, prisonnier, il devient un sujet de risée pour les ennemis de Dieu et de Son peuple. Et, ce qui est plus grave: sa honte rejaillit sur Dieu Lui-même puisque l'idole parait plus puissante que le champion de l'Éternel. Mais Dieu met un terme à une telle présomption de l’adversaire. Une dernière victoire sera accordée à Samson, la plus grande qu’il ait jamais eue, mais il y perdra la vie.

Samson a ainsi perdu successivement sa force, sa liberté, sa vue et enfin sa vie. Méditons ce récit nous tous qui avons été élevés dans la connaissance du Seigneur Jésus. Nous avons beaucoup reçu; notre position est privilégiée. Il est vrai que nous sommes tenus à un «naziréat» — à une séparation d'avec le monde et d'avec la plupart de ses plaisirs. Mais quelle compensation: Une force surnaturelle de source divine, celle du Saint Esprit, est à notre disposition. Et, dans le chemin de la volonté de Dieu, rien ne résiste à cette force-là! Puissions-nous être et rester de ceux auxquels s'adresse l'apôtre Jean: «Je vous ai écrit, jeunes gens, parce que vous êtes forts, et que la Parole de Dieu habite en vous, et que vous avez vaincu le méchant» (1 Jean 2:14 1j 2.12-17).