Josué 23:1-11

Josué 23:1-11

Les dernières paroles de Josué au peuple

23 Et il arriva, longtemps après que l'Éternel eut donné du repos à Israël de tous ses1 ennemis d'alentour — et Josué était vieux, avancé en âge —
1 littéralement : leurs.

2 qu'alors Josué appela tout Israël, ses anciens, et ses chefs, et ses juges, et ses magistrats, et il leur dit : Je suis vieux, je suis avancé en âge.

3 Et vous avez vu tout ce que l'Éternel votre Dieu a fait à toutes ces nations à cause de vous. Car l'Éternel votre Dieu est celui qui a combattu pour vous.

4 Voyez, je vous ai distribué par le sort, en héritage, selon vos tribus, ces nations qui restent — ainsi que toutes les nations que j'ai exterminées — depuis le Jourdain jusqu'à la grande mer vers le soleil couchant.

5 Et l'Éternel votre Dieu les chassera devant vous et les dépossédera devant vous. Et vous prendrez possession de leur pays, comme l'Éternel votre Dieu vous l'a dit.

6 Et fortifiez-vous beaucoup pour garder et pour mettre en pratique tout ce qui est écrit dans le livre de la loi de Moïse, afin de ne vous en écarter ni à droite ni à gauche,

7 afin que vous n'alliez pas vers1 ces nations qui restent avec vous, et que vous ne fassiez pas mention du nom de leurs dieux, et que vous ne fassiez pas jurer par eux, et que vous ne les serviez pas, et que vous ne vous prosterniez pas devant eux.
1 littéralement : parmi.

8 Mais c'est seulement à l'Éternel votre Dieu que vous vous attacherez, comme vous l'avez fait jusqu'à ce jour.

9 Et l'Éternel a dépossédé devant vous des nations grandes et fortes. Et quant à vous, personne n'a tenu devant vous, jusqu'à ce jour.

10 Un seul homme d'entre vous en poursuit 1 000, car l'Éternel votre Dieu est celui qui combat pour vous, comme il vous l'a dit.

11 Or prenez bien garde à vos âmes pour aimer l'Éternel votre Dieu.

À son tour Josué termine sa carrière. «Fortifiez-vous beaucoup pour garder et pour mettre en pratique tout ce qui est écrit...», dit-il aux chefs du peuple (v. 6). C'était la parole que l'Éternel lui avait dite au commencement (ch. 1 v. 7 js 1.5-9), ce que Moïse avait maintes fois répété. Et c'est encore aujourd'hui l'enseignement qui nous convient. Bien des personnes trouvent l'Évangile vieilli, démodé. Elles ont «des oreilles qui leur démangent» pour entendre des nouveautés (2 Tim. 4:3 2tm 4.1-8). Remercions le Seigneur de nous avoir donné des serviteurs qui ne se lassent pas de répéter les mêmes vérités et les mêmes exhortations. «Vous écrire les mêmes choses n'est pas pénible pour moi — affirme Paul aux Philippiens — et c'est votre sûreté» (Phil. 3:1 ph 3.1-3). Ne nous lassons donc pas, nous, de les écouter!

Faire mention des dieux des nations est un premier pas qui amène à jurer par eux, puis à les servir, enfin à se prosterner devant eux (v. 7). C'est pourquoi, l'épître aux Éphésiens nous enjoint de ne pas même nommer les choses impures, folles et malséantes du monde «comme il convient à des saints» (ch. 5 v. 3, 4 ep 5.1-5). Peut-être ne prenons-nous pas toujours assez soin de notre langage. Que ce dernier nous fasse reconnaître comme disciples de Jésus! (Matt. 26:73 en contraste avec v. 74 mt 26.69-75).