Nombres 23:13-30

Nombres 23:13-30

13 Et Balak lui dit : Viens, je te prie, avec moi dans un autre endroit d'où tu pourras le voir. Tu n'en verras que l'extrémité et tu ne le verras pas tout entier. Et de là maudis-le pour moi !

14 Et il le conduisit au champ de Tsophim1, au sommet du Pisga, et il bâtit sept autels, et offrit un taureau et un bélier sur [chaque] autel.
1 ou : des Sentinelles.

15 Et Balaam1 dit à Balak : Tiens-toi ici près de ton holocauste et moi, j'irai à la rencontre, là.
1 littéralement : il.

16 Et l'Éternel vint à la rencontre de Balaam, et il mit une parole dans sa bouche, et dit : Retourne vers Balak et tu parleras ainsi.

17 Et Balaam1 vint à Balak2 et voici, il se tenait près de son holocauste et les seigneurs de Moab [étaient] avec lui. Et Balak lui dit : Qu'a dit l'Éternel ?
1 littéralement : il. 2 littéralement : lui.

18 Et Balaam1 prononça son discours sentencieux et dit :
Lève-toi, Balak, et écoute ! Prête-moi l'oreille, fils de Tsippor !
1 littéralement : il.

19 °Dieu n'est pas un homme pour mentir ni un fils d'homme pour se repentir. Aura-t-il dit et ne fera-t-il pas ? Et aura-t-il parlé et ne l'accomplira-t-il pas ?

20 Voici, j'ai reçu [mission] de bénir ; car Dieu1 a béni et je ne le ferai pas revenir [sur sa décision].
1 littéralement : il.

21 Il n'a pas aperçu d'iniquité en Jacob ni n'a vu d'injustice en Israël. L'Éternel son Dieu est avec lui et un chant de triomphe royal est au milieu de lui.

22 °Dieu les a fait sortir d'Égypte ; il a comme1 la force2 des buffles.
1 ou : Il est pour lui comme (en rapportant « il » à Dieu) ; ici et en 24:8. 2 selon quelques-uns : rapidité ; ici et en 24:8.

23 Car il n'y a pas de sortilège contre1 Jacob ni de divination contre1 Israël. Selon ce temps2 il sera dit de Jacob et d'Israël : Qu'est-ce que °Dieu a fait ?
1 ou : en. 2 le temps présent (à la fin de la traversée du désert) ; « selon » en fait un principe général.

24 Voici, le peuple se lèvera comme une lionne et se dressera comme un lion. Il ne se couchera pas avant d'avoir mangé la proie et bu le sang des victimes.

25 Et Balak dit à Balaam : Si tu ne le maudis pas, au moins ne le bénis pas !

26 Et Balaam répondit et dit à Balak : Ne t'ai-je pas parlé, en disant : Tout ce que l'Éternel dira, je le ferai ?

27 Et Balak dit à Balaam : Viens donc, je te conduirai à un autre endroit. Peut-être sera-t-il bon1 aux yeux de Dieu que tu me le maudisses de là.
1 ici, littéralement : juste, droit.

28 Et Balak conduisit Balaam au sommet du Péor qui domine la surface du désert.

29 Et Balaam dit à Balak : Bâtis-moi ici sept autels, et prépare-moi ici sept taureaux et sept béliers.

30 Et Balak fit comme Balaam avait dit, et il offrit un taureau et un bélier sur [chaque] autel.

«Qui intentera accusation contre des élus de Dieu? — C'est Dieu qui justifie: qui est celui qui condamne?» (Rom. 8:33, 34 rm 8.31-39). Comme pour se moquer de l'accusateur, l'Éternel le charge de proclamer lui-même du haut de la montagne qu'il «n'a pas aperçu d'iniquité en Jacob, ni vu d'injustice en Israël». En lisant ce v. 21, on ne peut pourtant s'empêcher de se demander: Comment Dieu peut-il affirmer ce qui est si manifestement contredit par les faits? A-t-il oublié les murmures, les convoitises, l'idolâtrie, la rébellion? Le v. 23 nous apporte la réponse: «Selon ce temps, il sera dit de Jacob et d'Israël: Qu'est-ce que Dieu a fait?» Pendant que le peuple accumulait les faux pas dans le désert, l'Éternel accomplissait l'œuvre nécessaire pour le rendre propre à entrer dans le pays. Il avait pourvu à tous les péchés des siens en donnant les sacrifices, la sacrificature, le serpent de bronze, autant d'images de l'œuvre de Jésus. De sorte que si Dieu parle ainsi, ce n'est pas manque de mémoire ni qu'il passe avec indulgence par dessus le mal. Mais en contemplant son peuple, il voit son propre ouvrage. Il a constamment devant les yeux l'œuvre de son Fils et ne serait pas fidèle et juste envers ce parfait Sauveur s'il imputait encore la moindre faute à ceux que Lui a lavés dans son sang (1 Jean 1:9 1j 1.8-2.2).