Exode 12:40-51; 13:1-10

Exode 12:40-51; 13:1-10

40 Et le temps pendant lequel les fils d'Israël ont habité en Égypte fut de 430 ans.

41 Alors il arriva au bout de 430 ans, et il arriva en ce jour précis que toutes les armées de l'Éternel sortirent du pays d'Égypte.1
1 date : 1491 av. J.-C.

42 C'est une nuit à garder pour l'Éternel, parce qu'il les a fait sortir du pays d'Égypte. Cette nuit-là est à garder pour l'Éternel par tous les fils d'Israël, dans [toutes] leurs générations.

Le statut de la Pâque

43 Et l'Éternel dit à Moïse et à Aaron : Voici le statut de la Pâque : Aucun étranger n'en mangera.

44 Mais tout esclave1, homme acheté à prix d'argent, tu le circonciras ; alors il en mangera.
1 ailleurs : serviteur.

45 Le résident temporaire et le travailleur journalier n'en mangeront pas.

46 Elle sera mangée dans une même maison. Tu n'emporteras pas de la viande hors de la maison et vous n'en briserez pas un os.

47 Toute l'assemblée d'Israël fera cela.

48 Et si un étranger séjourne chez toi et veut faire la Pâque à l'Éternel, que tout homme1 de chez lui soit circoncis. Et alors il s'approchera pour la faire et sera comme l'Israélite de naissance2 ; mais aucun incirconcis n'en mangera.
1 littéralement : mâle. 2 littéralement : l'autochtone du pays.

49 Il y aura une même loi pour l'Israélite de naissance1 et pour l'étranger qui séjourne au milieu de vous.
1 littéralement : l'autochtone du pays.

50 Et tous les fils d'Israël firent comme l'Éternel l'avait commandé à Moïse et à Aaron. Ils firent ainsi.

51 Et il arriva, en ce même jour, que l'Éternel fit sortir les fils d'Israël du pays d'Égypte, selon leurs armées.

Le rachat des premiers-nés

13 Et l'Éternel parla à Moïse, en disant :

2 Sanctifie-moi1 tout premier-né, tout ce qui ouvre l'utérus parmi les fils d'Israël, tant des hommes que des bêtes. Il est à moi.
1 c.-à-d. : Mets à part pour moi.

3 Et Moïse dit au peuple : Souvenez-vous de ce jour où vous êtes sortis d'Égypte, de la maison d'esclavage1, car l'Éternel vous en a fait sortir à main forte. Et on ne mangera pas de pain levé.
1 littéralement : des esclaves.

4 Vous sortez aujourd'hui, au mois d'Abib1.
1 Abib : épis ; c.-à-d. le mois de la maturité des épis.

5 Et quand l'Éternel t'aura fait entrer dans le pays du Cananéen, du Héthien, de l'Amoréen, du Hévien et du Jébusien, qu'il a juré à tes pères de te donner, pays ruisselant de lait et de miel, il arrivera que tu feras ce service en ce mois-ci.

6 Pendant sept jours tu mangeras des pains sans levain, et le septième jour il y aura une fête à l'Éternel.

7 On mangera pendant les sept jours des pains sans levain. Et il ne se verra pas chez toi de pain levé, et il ne se verra pas de levain chez toi, dans tout ton territoire.

8 Et tu raconteras [ces choses] à ton fils, en ce jour-là, en disant : C'est à cause de ce que l'Éternel m'a fait quand je suis sorti d'Égypte.

9 Et cela te sera un signe sur ta main et un mémorial entre tes yeux, afin que la loi de l'Éternel soit dans ta bouche. Car l'Éternel t'a fait sortir d'Égypte à main forte.

10 Et tu garderas ce statut au temps fixé, d'année en année1.
1 littéralement : de jours en jours.

Dieu fait tout commencer au jour de la rédemption (ch. 12 v. 2 ex 12.1-3; 1 Rois 6:1 1r 6.1-2). Il institue la Pâque comme un statut perpétuel. La pensée de l'Ennemi en rapport avec l'Agneau est «qu'on ne se souvienne plus de son nom» (Jér. 11:19 jr 11.19-20). Mais Dieu, pour qui l'œuvre de son Fils a un si grand prix, veille à ce que le souvenir en soit perpétué. «C'est une nuit à garder», proclame-t-il (v. 42) et plus loin: «Souvenez-vous de ce jour» (ch. 13 v. 3). En substituant le mémorial de la Cène à celui de la Pâque, le Seigneur Jésus a invité les siens à faire ceci en mémoire de Lui (1 Cor. 11:24, 25 1cr 11.23-29). Avez-vous répondu à ce désir du Seigneur?

Au ch. 13, l'Éternel proclame ses droits sur l'âme qu'il vient de racheter (ch. 12). Certains croyants, en particulier des enfants de parents chrétiens, se contentent de leur salut et ne tiennent pas compte de la consécration qui en est la conséquence normale. Mais la même voix qui a dit: «Je verrai le sang, et je passerai par-dessus vous» (ch. 12 v. 13 ex 12.12-14), revendique à présent: «Sanctifie-moi tout premier-né... il est à moi» (ch. 13 v. 2). À la fête de la Pâque était étroitement associée celle des pains sans levain. Nous apprenons par là que la mise à l'abri par le sang et la nécessité d'une vie sainte sont pour l'enfant de Dieu deux vérités inséparables (lire aussi Tite 2:14 tt 2.11-14).