Exode 9:17-35

Exode 9:17-35

17 Si tu t'opposes encore à mon peuple, pour ne pas les laisser partir,

18 voici, je ferai pleuvoir demain à cette heure une grêle très grosse, telle qu'il n'y en a pas eu en Égypte, depuis le jour de sa fondation jusqu'à maintenant.

19 Et maintenant, envoie mettre en sécurité tes troupeaux et tout ce que tu as dans les champs. Car la grêle tombera sur tout homme et sur toute bête qui se trouveront dans les champs et qui n'auront pas été rassemblés dans les maisons, et ils mourront.

20 Celui qui, parmi les serviteurs du Pharaon, craignit la parole de l'Éternel, fit se réfugier dans les maisons ses serviteurs et ses troupeaux.

21 Mais celui qui n'appliqua pas son cœur à la parole de l'Éternel laissa ses serviteurs et ses troupeaux dans les champs.

22 Et l'Éternel dit à Moïse : Étends ta main vers les cieux et il y aura de la grêle dans tout le pays d'Égypte, sur les hommes, et sur les bêtes, et sur toute herbe des champs dans le pays d'Égypte.

23 Et Moïse étendit son bâton vers les cieux et l'Éternel envoya des tonnerres1 et de la grêle, et le feu parcourait la terre. Et l'Éternel fit pleuvoir de la grêle sur le pays d'Égypte.
1 littéralement : voix ; ici et ailleurs.

24 Et il y eut de la grêle et du feu mêlé à la grêle ; elle était si forte1 qu'il n'y en avait pas eu de semblable dans tout le pays d'Égypte depuis qu'il est devenu une nation.
1 littéralement : pesante.

25 Et la grêle frappa dans tout le pays d'Égypte tout ce qui était dans les champs, depuis l'homme jusqu'aux bêtes. La grêle frappa aussi toute l'herbe des champs et brisa tous les arbres des champs.

26 [C'est] seulement dans le pays de Goshen où étaient les fils d'Israël qu'il n'y eut pas de grêle.

27 Et le Pharaon envoya appeler Moïse et Aaron, et il leur dit : J'ai péché cette fois. L'Éternel est juste, et moi et mon peuple nous sommes méchants.

28 Suppliez l'Éternel, et qu'il en soit assez des tonnerres1 de Dieu et de la grêle. Alors je vous laisserai partir et vous ne resterez pas davantage.
1 littéralement : voix ; ici et ailleurs.

29 Et Moïse lui dit : Quand je sortirai de la ville, j'étendrai mes mains vers l'Éternel. Les tonnerres cesseront et il n'y aura plus de grêle, afin que tu saches que la terre [appartient] à l'Éternel.

30 Mais quant à toi et à tes serviteurs, je sais que vous ne craindrez pas encore l'Éternel Dieu.

31 Et le lin et l'orge avaient été frappés, car l'orge était en épis et le lin était en fleur.

32 Mais le blé et l'épeautre n'avaient pas été frappés parce qu'ils sont tardifs.

33 Et Moïse sortit d'auprès du Pharaon, hors de la ville, et il étendit ses mains vers l'Éternel. Et les tonnerres et la grêle cessèrent, et la pluie ne se déversa plus sur la terre.

34 Et le Pharaon vit que la pluie, et la grêle, et les tonnerres avaient cessé, et il continua de pécher, et il endurcit1 son cœur, lui et ses serviteurs.
1 littéralement : appesantit.

35 Et le cœur du Pharaon s'endurcit et il ne laissa pas partir les fils d'Israël, comme l'Éternel l'avait dit par1 Moïse.
1 littéralement : par la main de ; ici et ailleurs souvent.

Un septième fléau est annoncé: la grêle. Pour la première fois nous voyons des Égyptiens craindre la parole de l'Éternel et mettre leurs troupeaux à l'abri. Le but des catastrophes que Dieu permet, est de rappeler aux hommes sa présence. On est si fier aujourd'hui de tous les progrès scientifiques par lesquels l'homme croit s'assurer le contrôle des forces de la nature! Alors pour bien rappeler qui est le maître du monde, Dieu permet des cataclysmes naturels, des fléaux imprévisibles: tremblements de terre, épidémies, invasions d'insectes... qui montrent à la créature sa petitesse et humilient son orgueil (Job 38:22, 23 jb 38.22-23). Par tous les moyens, il cherche à tourner vers lui les pensées des hommes. En effet c'est souvent par de tels rappels à l'ordre qu'ils sont amenés à réfléchir et à s'occuper de leur sort éternel. Combien d'âmes dans l'angoisse ont trouvé auprès de Jésus un abri, non seulement contre les orages d'ici-bas, mais contre un éternel jugement!

Dieu mesure avec soin l'intensité et la durée de l'épreuve. Elle n'ira pas plus loin qu'il ne le lui permet. Le lin et l'orge sont frappés, mais pas le blé ni l'épeautre (v. 31, 32). Quant à ses bien-aimés, ils jouissent tout au long de la tempête d'une protection merveilleuse (v. 26).