Exode 7:14-25

Exode 7:14-25

Premier fléau : les eaux du fleuve sont changées en sang

14 Et l'Éternel dit à Moïse : Le cœur du Pharaon est endurci1 ; il refuse de laisser partir le peuple.
1 littéralement : lourd, pesant.

15 Va vers le Pharaon dès le matin. Voici, il sortira vers l'eau et tu te présenteras à sa rencontre, sur le bord du fleuve, et tu prendras dans ta main le bâton qui a été changé en serpent.

16 Et tu lui diras : L'Éternel, le Dieu des Hébreux, m'a envoyé vers toi, en disant : Laisse partir mon peuple pour qu'ils me servent dans le désert. Mais voici, tu n'as pas écouté jusqu'ici.

17 Ainsi dit l'Éternel : À ceci tu reconnaîtras que je suis l'Éternel : Voici, je frappe les eaux qui sont dans le fleuve avec le bâton qui est dans ma main, et elles seront changées en sang.

18 Et le poisson qui est dans le fleuve mourra, et le fleuve deviendra puant, et les Égyptiens seront dégoûtés1 de boire de l'eau du fleuve.
1 littéralement : se lasseront.

19 Et l'Éternel dit à Moïse : Dis à Aaron : Prends ton bâton et étends ta main sur les eaux de l'Égypte, sur leurs rivières, sur leurs canaux1, et sur leurs étangs, et sur toutes leurs réserves d'eau. Et elles deviendront du sang et il y aura du sang dans tout le pays d'Égypte, et dans les [récipients de] bois, et dans les [récipients de] pierre.
1 le mot hébreu signifie : les canaux et les bras du Nil.

20 Et Moïse et Aaron firent ainsi, comme l'Éternel l'avait commandé. Et il leva le bâton et frappa les eaux qui étaient dans le fleuve, aux yeux du Pharaon et aux yeux de ses serviteurs. Et toute l'eau qui était dans le fleuve fut changée en sang.

21 Et le poisson qui était dans le fleuve mourut, et le fleuve devint puant, et les Égyptiens ne pouvaient pas boire les eaux du fleuve. Et il y avait du sang dans tout le pays d'Égypte.

22 Et les devins d'Égypte firent de même par leurs sortilèges. Et le cœur du Pharaon s'endurcit et il ne les écouta pas, comme avait dit l'Éternel.

23 Et le Pharaon s'en retourna1, et rentra dans sa maison, et n'appliqua pas son cœur à cela non plus.
1 littéralement : se tourna.

24 Et tous les Égyptiens creusèrent autour du fleuve [pour trouver] de l'eau à boire, car ils ne pouvaient pas boire les eaux du fleuve.

25 Et sept jours s'accomplirent après que l'Éternel eut frappé le fleuve.

Si les Égyptiens n'écoutent pas les deux premiers signes, avait dit l'Éternel à Moïse, il s'en produira alors un troisième bien solennel: celui de l'eau changée en sang. L'eau nous parle de ce qui rafraîchit et donne la vie, tandis que le sang répandu signifie la mort. La Parole a été donnée à l'homme pour le faire vivre. Mais s'il ne la reçoit pas et ne la croit pas, la même Parole deviendra pour lui le jugement et la mort (lire Jean 12:48 j 12.44-50). Elle proclame aujourd'hui la grâce, mais aussi le jugement, pour ceux qui ne la reçoivent pas. Chacun aura affaire à elle de l'une ou l'autre manière, maintenant pour la vie ou plus tard pour la mort!

Ce que l'Éternel a dit s'accomplit pour les Égyptiens. Le Nil, artère vitale de leur pays, et dont ils avaient fait un dieu, devient un objet de dégoût et de répulsion. Le sang remplit le fleuve, les canaux, les étangs et jusqu'aux récipients. Toutes les sources où le monde s'abreuve sont pestilentielles et mortelles (v. 18). Gardons-nous d'y boire! Cette fois encore les devins font de même par leurs sortilèges. Par le pouvoir de Satan, ils imitent ce qui produit la mort avec pour seul résultat d'augmenter la misère de leur peuple. Ils auraient bien davantage montré leur puissance en changeant le sang en eau. Mais cela, ils en étaient incapables.