Exode 4:1-17

Exode 4:1-17

Dieu donne à Moïse des signes de sa puissance et lui adjoint Aaron

4 Et Moïse répondit et dit : Mais voici, ils ne me croiront pas et n'écouteront pas ma voix, car ils diront : l'Éternel ne t'est pas apparu.

2 Et l'Éternel lui dit : Qu'est-ce [que tu as] dans ta main ? Et il dit : Un bâton.

3 Et il dit : Jette-le par terre. Et il le jeta par terre et il devint un serpent. Et Moïse s'enfuyait devant lui.

4 Et l'Éternel dit à Moïse : Étends ta main et saisis-le par la queue. Et il étendit sa main, et le saisit, et il redevint un bâton dans sa main.

5 [Et l'Éternel dit : C'est] afin qu'ils croient que l'Éternel, le Dieu de leurs pères, le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob t'est apparu.

6 Et l'Éternel lui dit encore : Mets maintenant la main sur ta poitrine1. Et il mit la main sur sa poitrine2, puis la retira, et voici, sa main était lépreuse, [blanche] comme la neige.
1 littéralement : dans ton sein. 2 littéralement : dans son sein.

7 Et il dit : Remets la main sur ta poitrine. Et il remit la main sur sa poitrine, puis la retira de sa poitrine, et voici, elle était redevenue comme sa chair.

8 Et il arrivera, s'ils ne te croient pas et n'écoutent pas la voix du premier signe, qu'alors ils croiront la voix de l'autre signe.

9 Et il arrivera, si même ils ne croient pas ces deux signes et n'écoutent pas ta voix, qu'alors tu prendras de l'eau du fleuve et tu la verseras sur la terre sèche. Et l'eau que tu auras prise du fleuve deviendra du sang sur la terre sèche.

10 Et Moïse dit à l'Éternel : Ah, Seigneur ! Je ne suis pas un homme éloquent1, ni d'hier, ni d'avant-hier, ni depuis que tu parles à ton serviteur. Car j'ai la bouche pesante et la langue pesante.
1 littéralement : de paroles.

11 Et l'Éternel lui dit : Qui a donné une bouche à l'homme ? Ou qui a fait le muet, ou le sourd, ou le voyant, ou l'aveugle ? N'est-ce pas moi, l'Éternel ?

12 Et maintenant, va et moi, je serai avec ta bouche et je t'enseignerai ce que tu diras.

13 Et il dit : Ah, Seigneur ! Envoie, je te prie, [quelqu'un d'autre], celui que tu enverras1.
1 littéralement : Envoie, je te prie, par la main [que] tu enverras.

14 Alors la colère de l'Éternel s'enflamma contre Moïse et il dit : Aaron, le Lévite, n'est-il pas ton frère ? Je sais qu'il parlera très bien, et même le voici qui sort à ta rencontre. Et quand il te verra, il se réjouira dans son cœur.

15 Et tu lui parleras et tu mettras les paroles dans sa bouche. Et moi, je serai avec ta bouche et avec sa bouche, et je vous enseignerai ce que vous ferez.

16 Et il parlera pour toi au peuple, et il arrivera qu'il sera à la place de ta bouche et toi, tu seras pour lui à la place de Dieu.

17 Et tu prendras dans ta main ce bâton avec lequel tu feras les signes.

À la cour du Pharaon, Moïse avait été instruit dans toute la sagesse des Égyptiens. Mais il n'y avait pas appris à connaître «je suis». Les années passées dans le palais royal n'ont pas davantage pu faire de lui un instrument qualifié pour la délivrance du peuple. Le meurtre de l'Égyptien a plutôt montré le contraire. Après les 40 années à l'école du Pharaon, il en faut 40 autres à l'école de Dieu, à l'écart, en Madian. Le résultat, c'est que Moïse n'a plus rien à faire valoir de lui-même. Jadis «puissant dans ses paroles et dans ses actions» (Act. 7:22 ac 7.20-25), il affirme à présent n'avoir aucune éloquence et met de côté toutes ses capacités personnelles. Mais s'il a justement cessé d'avoir confiance en lui-même, il n'a pas encore une pleine confiance en Dieu. Il doit apprendre que quand le Seigneur charge d'un service, Il donne en même temps toutes les ressources pour l'accomplir.

Le bâton se changeant en serpent montre que si Dieu permet à Satan d'agir un moment, il reste au-dessus de lui pour annuler son pouvoir. À la croix, Christ a triomphé des puissances de méchanceté (Col. 2:15 cl 2.13-15). La main mise sur la poitrine (le cœur: source du mal) devenue lépreuse, puis rendue saine, illustre la puissance de Dieu pour ôter la souillure du péché.