Genèse 41:1-13

Genèse 41:1-13

Les rêves du Pharaon

41 Et il arriva, au bout de deux années révolues, que le Pharaon fit un rêve. Et voici, il se tenait près du fleuve1.
1 ou : Nil ; ainsi, dans tout le passage.

2 Et voici, du fleuve montaient sept vaches, belles d'aspect et grasses de chair, et elles paissaient dans les roseaux.

3 Et voici, après elles, sept autres vaches montaient du fleuve, laides d'aspect et maigres de chair, et elles se tinrent à côté des vaches qui étaient sur le bord du fleuve.

4 Et les vaches laides d'aspect et maigres de chair mangèrent les sept vaches belles d'aspect et grasses. Et le Pharaon se réveilla.

5 Et il s'endormit et rêva une seconde fois. Et voici, sept épis gras et beaux montaient sur une seule tige.

6 Et voici, sept épis maigres et brûlés par le vent d'est germaient après eux.

7 Et les épis maigres dévorèrent les sept épis gras et pleins. Et le Pharaon se réveilla, et voilà, [c'était] un rêve.

8 Et il arriva le matin que son esprit fut troublé. Et il envoya appeler tous les devins1 de l'Égypte et tous ses sages. Et le Pharaon leur raconta ses rêves2, mais personne ne put les interpréter au Pharaon.
1 ou : scribes. 2 littéralement : son rêve.

9 Et le chef des échansons parla au Pharaon, en disant : Je rappelle aujourd'hui mon péché.

10 Le Pharaon fut en colère contre ses serviteurs et me mit sous bonne garde, moi et le chef des panetiers, dans la maison du chef des gardes.

11 Et nous avons fait un rêve dans une même nuit, moi et lui ; nous avons fait chacun un rêve ayant sa propre interprétation.

12 Et il y avait là avec nous un jeune hébreu, serviteur du chef des gardes, et nous lui avons raconté nos rêves, et il nous les a interprétés. À chacun il a interprété son rêve.

13 Et tout est arrivé exactement selon l'interprétation qu'il nous avait donnée : moi, le Pharaon1 me rétablit dans mon poste, et lui, il le pendit.
1 littéralement : il.

La prière du brigand nous a été rappelée hier: «Souviens-toi de moi, Seigneur...» (Luc 23:42 lc 23.39-43). Au ch. 40 v. 14 gn 40.9-15, c'est Joseph qui demande à l'échanson sur le point d'être délivré: souviens-toi de moi. Qu'il est triste de lire le v. 23 gn 40.20-23 du même chapitre «Mais le chef des échansons ne se souvint pas de Joseph, et l'oublia»! Rachetés du Seigneur, au bénéfice de son grand salut, ne sommes-nous pas souvent ingrats, oubliant celui qui nous a sauvés? Bien que nous devions tout à Jésus, nous négligeons de parler de lui à ceux qui n'ont pas le privilège de le connaître. Le Seigneur savait combien les cœurs des siens sont oublieux. En instituant la Cène, en leur donnant le pain et la coupe, il leur a demandé: «Faites ceci en mémoire de moi» (Luc. 22:19 lc 22.14-20).

Après le songe du Pharaon le souvenir revient à l'échanson. Il a dû lui en coûter de dire: «Je rappelle aujourd'hui mon péché» (v. 9). Mais il ne pouvait pas parler de Joseph sans dire où et pourquoi il l'avait rencontré. De même, pour rendre témoignage à Jésus notre Sauveur, ne craignons pas de reconnaître dans quel état de misère et de péché nous nous trouvions quand il nous a fait connaître la délivrance.