Psaumes

Psaume 36

Psaume 36

Aveuglement du méchant

1 Au chef de musique. Du serviteur de l'Éternel. De David.

2 La transgression du méchant fait dire1 au-dedans de mon cœur : Il n'y a pas de crainte de Dieu devant ses yeux.
1 dire, dans le sens de la diction d'un oracle ; ici et Psaume 110:1.

3 Car il se flatte à ses propres yeux quand son iniquité se présente alors qu'elle devrait être haïe.

4 Les paroles de sa bouche sont iniquité et tromperie ; il a renoncé à être sage, à faire le bien.

5 Il conçoit la méchanceté sur son lit ; il se tient sur un chemin qui n'est pas bon ; il n'a pas en horreur le mal.

6 Éternel, ta bonté est dans les cieux, ta fidélité [atteint] jusqu'aux nuages.

7 Ta justice est comme de hautes montagnes1 ; tes jugements sont un grand abîme. Éternel, tu sauves l'homme et la bête.
1 littéralement : des montagnes de °Dieu.

8 Combien est précieuse ta bonté, ô Dieu ! Aussi les fils des hommes se réfugient sous l'ombre de tes ailes.

9 Ils seront abondamment rassasiés de la graisse de ta maison et tu les abreuveras au fleuve de tes plaisirs1.
1 même mot en Gen. 2:8 (Éden).

10 Car par-devers toi est la source de la vie ; dans ta lumière nous verrons la lumière.

11 Conserve ta bonté à ceux qui te connaissent et ta justice à ceux qui sont droits de cœur !

12 Que le pied de l'orgueil ne m'atteigne pas et que la main des méchants ne me chasse pas loin !

13 Là sont tombés les ouvriers d'iniquité ; ils ont été renversés et n'ont pas pu se relever.

Comparons la fin du verset 5 avec l'exhortation de Romains 12:9 rm 12.9-21: «Ayez en horreur le mal». Non seulement l'homme du monde est indifférent au péché (car le juger serait se condamner lui-même), mais il s'en amuse et en fait les thèmes favoris de sa littérature et de ses spectacles. En même temps cette insensibilité au mal l'amène à se vanter et à «se flatter à ses propres yeux», même en présence de l'iniquité la plus criante (verset 3; Rom. 3:18 rm 3.9-18; Deut. 29:19 dt 29.14-21). Obligés que nous sommes de vivre dans une telle atmosphère, notre conscience de chrétiens risque à la longue de s'émousser. Mais nous aurons toujours le péché en horreur si nous nous souvenons de la croix et du terrible prix qui dut y être payé pour l'abolir. La bonté de Dieu est dans les cieux, hors d'atteinte des desseins des méchants (verset 6 et 8). Et en même temps elle s'étend comme des ailes protectrices pour abriter les fils des hommes (voir Psaume 17:8 ps 17.8-9). Hélas, tels les habitants de Jérusalem au temps du Seigneur, beaucoup ne veulent pas du refuge ainsi offert (Matthieu 23:37 mt 23.34-39).

La source de la vie et la lumière divine, associées dans le verset 10, nous reportent à Christ, la Parole, dont il est écrit: «En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes» (Jean 1:4 j 1.1-4).