1 Rois

1 Rois 19:11-21

11 Et il dit : Sors et tiens-toi sur la montagne devant l'Éternel ! Et voici, l'Éternel passa, et devant l'Éternel un vent grand et fort déchirait les montagnes et brisait les rochers : l'Éternel n'était pas dans le vent. Et après le vent, [il y eut] un tremblement de terre : l'Éternel n'était pas dans le tremblement de terre.

12 Et après le tremblement de terre, [il y eut] du feu : l'Éternel n'était pas dans le feu. Et après le feu, [il y eut] une voix douce, légère.

13 Et il arriva, quand Élie l'entendit, qu'il enveloppa son visage dans son manteau, et il sortit et se tint à l'entrée de la caverne. Et voici, une voix lui [parla] et dit : Que fais-tu ici, Élie ?

14 Et il dit : J'ai été très jaloux pour l'Éternel, le Dieu des armées, car les fils d'Israël ont abandonné ton alliance, ils ont démoli tes autels, et ils ont tué tes prophètes par l'épée, et je suis resté, moi seul, et ils cherchent ma vie pour me l'ôter.

15 Et l'Éternel lui dit : Va, retourne par ton chemin, vers le désert de Damas. Et quand tu seras arrivé, tu oindras Hazaël pour qu'il soit roi sur la Syrie ;

16 et tu oindras Jéhu, fils de Nimshi, pour qu'il soit roi sur Israël ; et tu oindras Élisée, fils de Shaphath, d'Abel-Mehola, pour qu'il soit prophète à ta place.

17 Et il arrivera que celui qui échappera à l'épée de Hazaël, Jéhu le fera mourir, et celui qui échappera à l'épée de Jéhu, Élisée le fera mourir.

18 Mais j'ai laissé en Israël 7 000 [hommes], tous les genoux qui n'ont pas fléchi devant Baal et toutes les bouches qui ne l'ont pas embrassé.

Appel d'Élisée

19 Et Élie1 s'en alla de là et trouva Élisée, fils de Shaphath. Et il labourait avec 12 paires [de bœufs] devant lui et lui était avec la douzième. Et Élie s'approcha de lui et jeta son manteau sur lui.
1 littéralement : il.

20 Et Élisée1 abandonna les bœufs, et courut après Élie, et il dit : Que j'embrasse, je te prie, mon père et ma mère, et je te suivrai2. Et il lui dit : Va, retourne ! Car que t'ai-je fait ?
1 littéralement : il. 2 littéralement : j'irai derrière toi.

21 Et il s'en retourna d'auprès de lui, et prit la paire de bœufs, et en fit un sacrifice1. Et avec le harnachement des bœufs, il fit cuire leur viande, et la donna au peuple, et ils mangèrent. Et il se leva, et s'en alla après Élie, et il le servait.
1 littéralement : les sacrifia ; comparer avec Deut. 12:15, 21.

Contrairement à ce que pensait Élie, le langage que Dieu voulait maintenant faire entendre à Israël n'était pas celui du jugement.

L'Éternel n'était ni dans le vent, ni dans le tremblement de terre, ni dans le feu. La voix «puissante», «magnifique»... et redoutable du Psaume 29 versets 3 à 9 ps 29.1-11, se tait pour faire place à celle, douce et subtile, de la grâce. Aujourd'hui encore, ce n'est pas le temps du jugement pour le monde; c'est celui de la grâce qui pardonne au pécheur. Dieu peut réveiller les hommes par des preuves de Sa puissance, mais seule la voix tendre de la grâce est capable de toucher les cœurs. Encore faut-il pour la recevoir, sentir sa propre indignité.

Pour n'avoir pas su comprendre ce langage, Élie doit être mis de côté et Élisée est appelé à sa place. Lui saura, de la part de l'Éternel, faire entendre cette voix d'amour au peuple.

Enfin Dieu enseigne encore à Élie une autre leçon. Il était monté sur la montagne en pensant qu'il était le seul fidèle. Il en descend ayant appris qu'il n'était qu'un des 7 000 hommes que Dieu s'était réservé en Israël. Si lui-même n'avait pas su les découvrir, Dieu en revanche connaissait chacun d'eux (voir 2 Timothée 2:19 2tm 2.14-21).