1 Rois

1 Rois 15:25-34; 16:1-7

Nadab, roi d'Israël – Conspiration et règne de Baësha sur Israël

25 Et Nadab, fils de Jéroboam, commença à régner sur Israël la 2e année d'Asa, roi de Juda. Et il régna 2 ans sur Israël.

26 Et il fit ce qui est mal aux yeux de l'Éternel, et il marcha sur la voie de son père et dans son péché par lequel il avait fait pécher Israël.

27 Et Baësha, fils d'Akhija, de la maison d'Issacar, conspira contre lui. Et Baësha le frappa à Guibbethon, qui était aux Philistins, pendant que Nadab et tout Israël assiégeaient Guibbethon.

28 Et Baësha le mit à mort la 3e année d'Asa, roi de Juda, et il régna à sa place.

29 Et il arriva, quand il fut roi, qu'il frappa toute la maison de Jéroboam. Il ne laissa de Jéroboam personne qui respire, jusqu'à ce qu'il ait détruit sa maison1, selon la parole de l'Éternel qu'il avait dite par son serviteur Akhija le Silonite.
1 littéralement : jusqu'à ce qu'il l'ait détruit.

30 [C'était] à cause des péchés de Jéroboam qu'il avait commis et par lesquels il avait fait pécher Israël, par sa provocation dont il avait provoqué l'Éternel, le Dieu d'Israël.

31 Et le reste des actes de Nadab et tout ce qu'il fit, cela n'est-il pas écrit dans le livre des Chroniques des rois d'Israël ?

32 Et il y eut guerre entre Asa et Baësha, roi d'Israël, tous leurs jours.

33 La 3e année d'Asa, roi de Juda, Baësha, fils d'Akhija, commença à régner sur tout Israël, à Thirtsa.1 [Et il régna] 24 ans.
1 date : 953 av. J.-C.

34 Et il fit ce qui est mal aux yeux de l'Éternel, et il marcha sur la voie de Jéroboam et dans son péché par lequel il avait fait pécher Israël.

Jugement de Baësha

16 Et la parole de l'Éternel fut [adressée] à Jéhu, fils de Hanani, contre Baësha, en disant :

2 Parce que je t'ai élevé de la poussière et que je t'ai établi chef sur mon peuple Israël, mais que tu as marché sur la voie de Jéroboam et que tu as fait pécher mon peuple Israël pour qu'ils me provoquent à la colère par leurs péchés,

3 voici, je vais balayer Baësha et sa maison, et je ferai de ta maison comme [j'ai fait] de la maison de Jéroboam, fils de Nebath.

4 Celui de [la maison de] Baësha qui mourra dans la ville, les chiens le mangeront, et celui de sa [maison] qui mourra dans les champs, les oiseaux des cieux le mangeront.

5 Et le reste des actes de Baësha, et ce qu'il fit, et sa puissance, cela n'est-il pas écrit dans le livre des Chroniques des rois d'Israël ?

6 Et Baësha s'endormit avec ses pères et il fut enterré à Thirtsa. Et Éla son fils régna à sa place.

7 Et par Jéhu, fils de Hanani le prophète, la parole de l'Éternel fut aussi [adressée] contre Baësha et contre sa maison, à cause de tout le mal qu'il avait fait devant les yeux de l'Éternel, pour le provoquer à la colère par l'œuvre de ses mains, en étant comme la maison de Jéroboam, et [aussi] parce qu'il frappa celle-ci1.
1 littéralement : celui-ci.

Notre lecture nous ramène 40 ans en arrière pour considérer le royaume d'Israël alors qu'Asa domine sur Juda. En contraste avec lui, Nadab, fils de Jéroboam, marche pendant son court règne «dans la voie de son père et dans son péché par lequel il avait fait pécher Israël» (verset 26). Ce péché, c'est la fausse religion instituée par Jéroboam pour détourner le peuple du lieu choisi par l'Éternel (Deutéronome 12:5, 6 dt 12.1-7). Il existe dans la chrétienté, comme jadis en Israël, une multitude de personnes qui, tout en faisant partie du peuple de Dieu, ont été détournées du seul centre qui est Jésus. On leur a enseigné des formes religieuses qui ne sont pas selon la Parole.

Nadab, avec toute la famille de Jéroboam, subit le sort terrible annoncé par Akhija. Mais Baësha, qui exécute ce jugement, et succède à Nadab, lui succède aussi dans sa voie de péché. Or le même chemin se terminera de la même manière! L'Éternel l'annonce à Baësha par le moyen du prophète Jéhu, qui, non sans courage, se présente devant le méchant roi avec des paroles solennelles. N'avons-nous pas, nous aussi, été élevés de la poussière pour prendre place avec les nobles? (verset 2 — 1 Samuel 2:8 1s 2.1-10). C’est pourquoi examinons bien dans quel chemin nous marchons et quelle en est la fin (Proverbes 16:25 pv 16.25).