Apocalypse 22:1-9

Apocalypse 22:1-9

Bonheur des élus

22 Et il me montra un fleuve d'eau vive1, éclatant comme du cristal, sortant du trône de Dieu et de l'Agneau.
1 littéralement : d'eau de vie.

2 Au milieu de la place de la cité1 et de chaque côté du fleuve était un arbre de vie portant douze fruits, rendant son fruit chaque mois. Et les feuilles de l'arbre sont pour la guérison des nations.
1 littéralement : sa place.

3 Et il n'y aura plus de malédiction. Et le trône de Dieu et de l'Agneau sera en elle, et ses esclaves lui rendront un culte.

4 Et ils verront sa face et son nom sera sur leurs fronts.

5 Et il n'y aura plus de nuit et ils n'auront pas besoin de la lumière d'une lampe ni de la lumière du soleil, car le °Seigneur Dieu fera briller [sa] lumière sur eux. Et ils régneront aux siècles des siècles.

Certitude des prophéties de ce livre

6 Et il me dit : Ces paroles sont certaines et vraies, et le °Seigneur, le Dieu des esprits des prophètes, a envoyé son ange pour montrer à ses esclaves les choses qui doivent arriver bientôt1.
1 littéralement : rapidement.

7 Et voici, je viens bientôt1. Bienheureux celui qui garde les paroles de la prophétie de ce livre !
1 littéralement : vite.

8 Et c'est moi, Jean, qui ai entendu et vu ces choses. Et quand j'ai entendu et vu, je suis tombé [à terre] pour me prosterner devant pieds de l'ange qui me montrait ces choses.

9 Mais il me dit : Garde-toi de le faire ! Je suis ton compagnon d'esclavage, et [celui] de tes frères les prophètes, et de ceux qui gardent les paroles de ce livre. Rends hommage à Dieu !

Les v. 1 à 5 complètent la vision de la sainte Cité pendant le millénium. Et nous remarquons combien la première et la dernière page de la Bible se ressemblent. L'Écriture commence et s'achève par un paradis, un fleuve, un arbre de vie… Mais, comme l'a écrit quelqu'un, la fin est plus belle que le commencement, l'oméga plus grandiose que l'alpha, le paradis futur n'est pas l'ancien retrouvé, c'est «le paradis de Dieu» (ch. 2 v. 7 ap 2.1-7) avec la présence éternelle de l'Agneau qui mourut pour nous. Y auront accès uniquement des pécheurs sauvés par grâce, des hommes tels que le brigand converti (Luc 23:43 lc 23.39-43). Et quelle sera l'occupation de ses habitants? Ils serviront leur Seigneur (v. 3; ch. 7 v. 15 ap 7.13-17); ils règneront avec Lui (v. 5 fin; Dan. 7:27 dn 7.23-27). Mais ce qui aura plus de prix pour eux que tous les royaumes: «ils verront sa face…» (v. 4; Ps. 17:15 ps 17.14-15).

D'ordinaire un esclave «ne sait pas ce que son Maître fait» (Jean 15:15 j 15.12-17). Jésus, Lui, ne cache rien à ses esclaves, devenus ses amis, des «choses qui doivent arriver bientôt» (v. 6). N'est-il pas étrange alors que nous entrions souvent si peu dans ces merveilles qui nous concernent (1 Cor. 2:9 1cr 2.6-11)? N'est-il pas surtout triste que nous ne prenions pas plus d'intérêt à ce que le Père a préparé pour la gloire et la joie de son Fils (Jean 14:28 fin j 14.28-31)?