Apocalypse 14:14-20; 15:1-8

Apocalypse 14:14-20; 15:1-8

La crise finale : la moisson et la vendange

14 Et je regardai et voici une nuée blanche, et sur la nuée [quelqu'un] était assis, semblable à un fils d'homme1, ayant sur sa tête une couronne d'or et dans sa main une faucille tranchante.
1 comparer avec Daniel 7:13 ; 10:5-6.

15 Et un autre ange sortit du temple, criant d'une voix forte à celui qui était assis sur la nuée : Lance1 ta faucille et moissonne, car l'heure de moissonner est venue, parce que la moisson de la terre est desséchée2.
1 littéralement : Envoie. 2 littéralement : plus que mûre.

16 Et celui qui était assis sur la nuée jeta sa faucille sur la terre, et la terre fut moissonnée.

17 Et un autre ange sortit du temple qui est dans le ciel, ayant lui aussi une faucille tranchante.

18 Et un autre ange, ayant autorité sur le feu, sortit de l'autel et cria d'une voix forte à celui qui avait la faucille tranchante, en disant : Lance1 ta faucille tranchante et vendange les grappes de la vigne de la terre, car ses raisins sont mûrs1.
1 littéralement : Envoie. 2 littéralement : ont mûri.

19 Et l'ange jeta sa faucille sur la terre, et vendangea la vigne de la terre, et jeta [les grappes] dans la grande cuve de la fureur de Dieu.

20 Et la cuve fut foulée1 hors de la ville ; et du sang sortit de la cuve jusqu'aux mors des chevaux, sur une distance de 1 600 stades2.
1 littéralement : foulée avec les pieds. 2 1 stade = 185 m environ ; ce qui fait 300 km environ.

Les sept coupes de la fureur de Dieu

15 Et je vis dans le ciel un autre signe, grand et merveilleux : sept anges ayant sept fléaux, les derniers ; car par1 eux la fureur de Dieu est accomplie.
1 littéralement : en.

2 Et je vis comme une mer de verre, mêlée de feu. Et ceux qui avaient remporté la victoire sur la Bête, et sur son image, et sur le nombre de son nom se tenaient debout sur la mer de verre, ayant des harpes de Dieu.

3 Et ils chantent le cantique de Moïse, l'esclave de Dieu, et le cantique de l'Agneau, en disant : Grandes et merveilleuses sont tes œuvres, °Seigneur, Dieu, Tout-Puissant ! Justes et véritables sont tes voies, ô Roi des nations !

4 Qui pourrait ne pas [te] craindre, °Seigneur, et ne pas glorifier ton nom ? Car toi seul es saint1. Car toutes les nations viendront et se prosterneront devant toi, parce que tes actes justes2 ont été manifestés.
1 ou : pieux ; voir Actes 2:27 ; 2 Chron. 6:41-42. 2 ou : tes jugements.

5 Et après ces choses je regardai et le temple du tabernacle du témoignage dans le ciel fut ouvert.

6 Et les sept anges qui avaient les sept fléaux sortirent du temple, revêtus d'un lin pur et éclatant et portant des ceintures d'or autour de la poitrine.

7 Et l'un des quatre Êtres vivants donna aux sept anges sept coupes d'or, pleines de la fureur de Dieu, celui qui vit aux siècles des siècles.

8 Et le temple fut rempli de fumée à cause de la gloire de Dieu et à cause de sa puissance. Et personne ne pouvait entrer dans le temple jusqu'à ce que les sept fléaux des sept anges soient accomplis.

Le Seigneur avait jadis annoncé à ses accusateurs: «Dorénavant vous verrez le Fils de l'homme assis à la droite de la puissance, et venant sur les nuées du ciel» (ch. 1 v. 7 ap 1.7-8; Matt. 26:64 mt 26.63-66 et 24:30 mt 24.29-31). Le voici, ce Fils de l'homme, assis sur une nuée blanche. Jadis couronné d'épines, Il porte une couronne d'or; au lieu d'un roseau, Il tient une faucille tranchante. Celui que les hommes jugeaient est devenu le Juge des hommes. Et c'est à ce titre qu'Il ordonne la grande moisson de la terre, suivie de la redoutable vendange, l'une et l'autre annoncées depuis si longtemps (par ex. Joël 4. 13 jl 4.9-17; Matt. 13:30, 39 mt 13.27-43).

Une dernière série de jugements (les coupes) va commencer avec le ch. 15. Mais cette fois encore, les saints qui auront à les traverser sont d'abord vus en sécurité (v. 2 à 4). Après quoi les sept anges chargés de l'exécution des fléaux sortent du temple et reçoivent sept coupes pleines de la fureur de Dieu (comp. Jér. 25:15 jr 25.15-16). Chers amis chrétiens, ce monde qui va être frappé, c'est celui que Dieu a tant aimé jusqu'à donner pour lui son Fils unique. Et les anges destructeurs n'ont pas encore reçu leur mission terrible. Celle qui nous appartient en attendant est toute autre: c'est d'y proclamer la grâce divine (2 Cor. 5:20 2cr 5.17-20).