Apocalypse 11:4-18

Apocalypse 11:4-18

4 Ceux-ci sont les 2 oliviers et les 2 chandeliers qui se tiennent devant le Seigneur de la terre.

5 Et si quelqu'un veut leur nuire, du feu sort de leur bouche et dévore leurs ennemis. Et si quelqu'un veut leur nuire, c'est ainsi qu'il doit être mis à mort.

6 Ceux-ci ont le pouvoir de fermer le ciel afin qu'il ne tombe pas de pluie durant les jours de leur prophétie1. Et ils ont [le] pouvoir sur les eaux pour les changer en sang2 et pour frapper la terre de toutes sortes de fléaux, toutes les fois qu'ils le voudront.
1 comparer avec Jacq. 5:17. 2 comparer avec Exode 7:17-25.

7 Et quand ils auront achevé leur témoignage, la Bête qui monte de l'abîme leur fera la guerre, et les vaincra, et les mettra à mort.

8 Et leurs corps morts [seront étendus] sur la place de la grande ville — laquelle est appelée spirituellement Sodome et Égypte — là même où leur Seigneur a été crucifié.

9 Et [des hommes] d'entre les peuples, les tribus, les langues, et les nations verront1 leurs corps morts durant trois jours et demi, et ils ne permettront2 pas que leurs corps morts soient mis dans un tombeau.
1 littéralement : voient. 2 littéralement : permettent.

10 Et ceux qui habitent sur la terre se réjouiront1 à leur sujet et seront2 dans l'allégresse. Et ils s'enverront des cadeaux les uns aux autres, parce que ces deux prophètes tourmentaient ceux qui habitent sur la terre.
1 littéralement : se réjouissent. 2 littéralement : sont.

11 Et après les trois jours et demi, un esprit1 de vie venant de Dieu entra en eux et ils se tinrent debout sur leurs pieds ; et une grande crainte tomba sur ceux qui les contemplaient.
1 ou : un souffle.

12 Et ils entendirent1 une grande voix venant du ciel, qui leur disait : Montez ici ! Et ils montèrent au ciel dans la nuée et leurs ennemis les contemplèrent.
1 plusieurs manuscrits portent : j'entendis.

13 Et à cette heure-là, il y eut un grand tremblement de terre ; et la 10e partie de la ville tomba et 7 000 hommes1 furent tués dans le tremblement de terre. Et les restants furent épouvantés et donnèrent gloire au Dieu du ciel.
1 littéralement : noms d'hommes.

La septième trompette

14 Le 2e malheur est passé ; voici, le 3e malheur vient rapidement.

15 Et le 7e ange sonna de la trompette. Et il y eut dans le ciel de grandes voix qui disaient : Le royaume du monde de notre °Seigneur et de son Christ est arrivé1, et il régnera aux siècles des siècles.
1 a commencé d'être.

16 Et les 24 Anciens, [ceux] qui sont assis devant Dieu sur leurs trônes, tombèrent sur leurs faces et rendirent hommage à Dieu,

17 en disant : Nous te rendons grâce, °Seigneur, Dieu, Tout-Puissant, Celui qui est et qui était, de ce que tu as pris ta grande puissance et de ce que tu es entré dans ton règne.

18 Et les nations se sont mises en colère ; mais ta colère est venue, ainsi que le temps de juger les morts et de donner la récompense à tes esclaves les prophètes, et aux saints, et à ceux qui craignent ton nom, les petits et les grands, et de détruire1 ceux qui détruisent1 la terre.
1 le même mot signifie : corrompre et : détruire.

Les deux témoins figurent le témoignage suffisant et complet rendu par le résidu pieux pendant la détresse finale. Ils se présentent avec les caractères d'Élie et de Moïse qui, tous deux, en des temps sombres de l'histoire d'Israël assumèrent aussi un témoignage selon Dieu. À la prière du premier, le ciel resta fermé pendant trois ans et demi (v. 6; Jac. 5:17 jq 5.14-18; comp. le v. 5 et 2 Rois 1:10, 12 2r 1.9-12). Le second reçut le pouvoir de changer les eaux en sang (la vie en mort: Ex. 7:19 ex 7.17-21) et de frapper la terre de toutes sortes de fléaux. Ces fidèles seront mis à mort à Jérusalem par la «Bête romaine» du ch. 13 ap 13.1-18, consolés par la pensée qu'en ce lieu même, avant eux, «leur Seigneur a été crucifié» (Luc 13:33, 34 lc 13.31-35). Et leur martyre sera suivi d'une résurrection éclatante et publique pour la consternation de leurs persécuteurs.

Enfin sonne le malheur final. Avec lui deux choses sont venues: le règne du Seigneur (v. 15 fin) et aussi Sa colère (v. 18; Ps. 110:5 ps 110.5-7). Au ch. 6 v. 17 ap 6.12-17, les hommes épouvantés croyaient que la colère de l'Agneau était arrivée. Mais elle a été retenue jusqu'au moment où Christ prend le gouvernement du monde. Alors le ciel éclate en chants de triomphe; les saints se prosternent et adorent: Celui qui a été crucifié (v. 8 fin), règne désormais aux siècles des siècles (Luc 1:33 lc 1.26-33).