Jérémie 24:1-10

Jérémie 24:1-10

Les deux paniers de figues et l'avenir du peuple

24 L'Éternel me montra [une vision], et voici, deux paniers de figues [étaient] placés devant le Temple de l'Éternel, après que Nebucadretsar, roi de Babylone, eut déporté de Jérusalem Jéconias, fils de Jehoïakim, roi de Juda, et les princes de Juda, et les artisans1, et les forgerons2, et qu'il les eut emmenés à Babylone.3
1 ou : charpentiers. 2 ou : serruriers. 3 date : 599 av. J.-C.

2 L'un des paniers avait de très bonnes figues, comme les figues de la première récolte. Et l'autre panier avait de très mauvaises figues qu'on ne pouvait pas manger, tant elles étaient mauvaises.

3 Alors l'Éternel me dit : « Que vois-tu, Jérémie ? » Et je dis : « Des figues ; les bonnes figues, très bonnes, et les mauvaises [figues], très mauvaises, qui ne peuvent pas être mangées tant elles sont mauvaises. »

4 Et la parole de l'Éternel me fut [adressée], en disant :

5 « Ainsi dit l'Éternel, le Dieu d'Israël : Comme [tu vois] ces bonnes figues, ainsi, je me souviendrai en bien des déportés de Juda que j'ai envoyés hors de ce lieu, au pays des Chaldéens.

6 Et je mettrai mes yeux sur eux pour [leur] bien, et je les ferai retourner dans ce pays. Et je les édifierai, et je ne les détruirai pas ; et je les planterai, et je ne les arracherai pas.

7 Et je leur donnerai un cœur pour me connaître, car1 je suis l'Éternel. Et ils seront mon peuple, et moi, je serai leur Dieu2, car ils reviendront à moi de tout leur cœur.
1 ou : que. 2 littéralement : ils me seront pour peuple et moi, je leur serai pour Dieu.

8 « Mais concernant les figues mauvaises que l'on ne peut pas manger, tant elles sont mauvaises, oui, ainsi parle l'Éternel : C'est bien ainsi que je rendrai Sédécias, le roi de Juda, et ses princes, et le reste de Jérusalem, ceux qui sont restés dans ce pays, et ceux qui habitent dans le pays d'Égypte.

9 Et je ferai d'eux un objet de1 terreur, de malheur pour tous les royaumes de la terre, un sujet de mépris, de proverbe, de moquerie et de malédiction dans tous les lieux où je les aurai chassés.
1 littéralement : je les donnerai pour.

10 Et j'enverrai contre eux l'épée, la famine et la peste jusqu'à ce qu'ils aient disparu de dessus la terre que je [leur] ai donnée, à eux et à leurs pères. »

La vision du ch. 24 se situe à un moment où Nebucadnetsar a déjà déporté à Babylone une partie de Juda avec son roi Jéconias (ou Conia; ch. 22 v. 24 jr 22.24-30). Deux paniers de figues apparaissent au prophète. Les premières sont splendides, excellentes; les autres affreuses et immangeables. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, les mauvaises figues sont l'image des habitants de Juda restés dans le pays, tandis que celles qui sont très bonnes représentent les «déportés». L'Éternel fera prospérer et ramènera ces derniers au temps fixé. Bien que pénible, cet arrachement à leur pays et à leurs habitudes, est conforme à la volonté de Dieu et tournera à leur profit.

Parmi les promesses qui leur sont faites, la plus précieuse est certainement celle du v. 7: «Je leur donnerai un cœur pour me connaître». C'est par le cœur, et non par l'intelligence, que l'homme apprend à connaître Dieu.

Remarquons qu'il n'y a pas de troisième panier. D'une manière générale, il n'existe pas de position intermédiaire devant Dieu. Et parmi les hommes aujourd'hui, Il ne peut reconnaître de même que des vivants et des morts, des «enfants de lumière» et des «enfants de colère» (Éph. 2:3 ep 2.1-10; 5:8 ep 5.6-14). De quel côté nous trouvons-nous?