Jérémie 20:1-18

Jérémie 20:1-18

Pashkhur met Jérémie au pilori

20 Et Pashkhur, fils d'Immer, le sacrificateur — or il était le surintendant de la Maison de l'Éternel — entendit Jérémie prophétiser ces choses1.
1 littéralement : paroles.

2 Alors Pashkhur frappa Jérémie le prophète, et le mit au pilori, à la porte supérieure de Benjamin, celle qui donne dans la Maison de l'Éternel.

3 Et il arriva, le lendemain, que Pashkhur tira Jérémie du pilori. Et Jérémie lui dit : « L'Éternel ne t'appelle pas du nom de Pashkhur, mais [du nom de] Magor-Missabib1.
1 Magor-Missabib : terreur de tous côtés.

4 Car ainsi dit l'Éternel : "Voici, je te ferai [être] une terreur pour toi et pour tous ceux qui t'aiment. Et ils tomberont par l'épée de leurs ennemis, et tes yeux le verront. Et je livrerai tout Juda entre les mains du roi de Babylone1, et il les déportera à Babylone1, et il les frappera par l'épée.
1 hébreu : Babel.

5 Puis je livrerai toutes les richesses de cette ville, et tout son travail, et tout ce qu'elle a de précieux. Et tous les trésors des rois de Juda, je les livrerai entre les mains de leurs ennemis. Et ils les pilleront, et les prendront, et les emporteront à Babylone.

6 Or toi, Pashkhur, et tous ceux qui habitent dans ta maison, vous irez en captivité. Et tu iras à Babylone, et là tu mourras, et là tu seras enterré, toi et tous ceux qui t'aiment, à qui tu as prophétisé le mensonge."

Prières et plaintes de Jérémie

7 « Tu m'as persuadé, Éternel, et je me suis laissé persuader. Tu m'as saisi, et tu as été le plus fort. Tout le jour, je suis devenu un objet de dérision, chacun se moque de moi.

8 Car toutes les fois que je parle, je crie, je proclame la violence et la dévastation. Oui, la parole de l'Éternel m'a valu mépris et moquerie tout le jour.

9 Et j'ai dit : "Je ne ferai plus mention de lui, et je ne parlerai plus en son nom." Mais ta parole1 a été dans mon cœur comme un feu brûlant qui est enfermé dans mes os. Je me fatigue [à essayer] de [la] retenir2, mais je ne le peux pas.
1 littéralement : elle. 2 ou : de [le] supporter.

10 Car j'ai entendu les calomnies d'un grand nombre ; la terreur [règne] de tous côtés : "Rapportez !" et : "Nous le rapporterons1 !" Tous mes familiers2 guettent ma chute, [en disant] : "Peut-être se laissera-t-il séduire, et nous l'emporterons sur lui, et nous nous vengerons de lui."
1 ou : Dénoncez… dénoncerons. 2 littéralement : hommes de paix.

11 Mais l'Éternel est avec moi comme un homme puissant. C'est pourquoi mes persécuteurs trébucheront et ne l'emporteront pas. Ils seront couverts de honte, car ils n'ont pas réussi ; ce sera une disgrâce éternelle qui ne sera pas oubliée !

12 Et toi, Éternel des armées, qui examine le juste, [et] qui vois les reins et le cœur, fais que je voie ta vengeance sur eux ! Car à toi j'ai confié1 ma cause.
1 littéralement : découvert.

13 Chantez à l'Éternel, louez l'Éternel ! Car il a délivré l'âme du pauvre de la main des méchants.

14 « Maudit [soit] le jour où je suis né ! Que le jour où ma mère m'a mis au monde ne soit pas béni !

15 Maudit [soit] l'homme qui annonça la nouvelle à mon père, en disant : "Un fils1 t'est né !", et qui le combla de joie !
1 littéralement : un fils, un mâle.

16 Que cet homme-là soit comme les villes que l'Éternel a détruites sans se repentir ! Qu'il entende des cris le matin, et des clameurs au temps de midi !

17 Car il ne m'a pas fait mourir dès le ventre [maternel]. Si [seulement] ma mère avait été ma tombe ! Et si [seulement] son ventre m'avait toujours porté !

18 Pourquoi suis-je sorti du ventre [maternel], pour voir le trouble et l'affliction, et pour que mes jours s'achèvent dans la honte ? »

Dire la vérité au monde sur son état expose aussitôt à sa haine. Le prophète en fait durement l'expérience. Les complots que nous avons vu se tramer contre lui aux ch. 11 v. 19 jr 11.19 et 18 v. 18 jr 18.18-19 aboutissent cette fois. Jérémie est frappé et mis à la torture par les soins de Pashkhur. Qui était cet homme? Un des premiers sacrificateurs (v. 1), et de plus un de ces prophètes de mensonge (v. 6; ch. 14 v. 14 jr 14.14-16) qui, à la différence de Jérémie, jouissait de toute la faveur du peuple. À son tour il faut que cet homme entende une prophétie de vérité prononcée contre lui.

Jérémie nous rappelle l'exhortation de Jac. 5:10 jq 5.10-11. Il est une figure du Seigneur Jésus. Seul à proclamer la vérité, haï et frappé à cause d'elle (et cela par un des sacrificateurs) «objet de dérision» et d'opprobre, la Parole de son Dieu est en lui «comme un feu brûlant» (v. 9). Il est étreint par l'amour qu'il porte et à l'Éternel et à son peuple. Malgré cela Jérémie reste loin du parfait Modèle! Il exprime de l'amertume, et, comme Job (ch. 3 jb 3.1-19), il maudit le jour de sa naissance. La grâce envers ses ennemis n'apparaît pas en lui.

Lecteur, permettez-nous une question: Avez-vous été réellement saisi par le Seigneur? A-t-il été le plus fort (v. 7; comp. Phil. 3:12 ph 3.7-14)?