Jérémie 12:1-17

Jérémie 12:1-17

Perplexité du prophète sur la prospérité des méchants

12 « Éternel, tu es juste quand je conteste avec toi ; toutefois je parlerai avec toi de [tes] jugements. Pourquoi la voie des méchants est-elle prospère ? [Pourquoi] ceux qui agissent de façon si perfide sont-ils en paix ?

2 Tu les as plantés, ils prennent même racine ; ils progressent, ils portent même du fruit. Tu es près de leur bouche, mais tu es loin de leurs reins.

3 Mais toi, Éternel, tu me connais, tu m'as vu, et tu as sondé mon cœur à ton égard. Traîne-les comme des brebis à l'abattoir, et mets-les à part pour le jour de la tuerie !

4 Jusqu'à quand le pays sera-t-il en deuil et l'herbe de tous les champs séchera-t-elle ? À cause de l'iniquité de ceux qui y habitent, les bêtes et les oiseaux périssent. Car ils disent : "Il ne verra pas notre fin." »

5 « Si tu cours avec des hommes à pied, et qu'ils te fatiguent, comment rivaliseras-tu avec les chevaux ? Et si, dans un pays en1 paix, tu te crois en sécurité, que feras-tu quand le Jourdain sera en crue ?2
1 littéralement : de. 2 ou : Et si tu mets ta confiance dans un pays de paix, que feras-tu dans l'orgueil du Jourdain ?

6 Car même tes frères et la maison de ton père, eux aussi, ont agi de façon perfide envers toi, eux aussi ont crié après toi à pleine gorge. Ne les crois pas quand ils te diront de bonnes [paroles].

L'Éternel abandonne son Temple et son peuple

7 « J'ai abandonné ma Maison, j'ai délaissé mon héritage, j'ai livré le bien-aimé de mon âme entre les mains de ses ennemis.

8 Mon héritage est devenu pour moi comme un lion dans la forêt ; il a fait retentir sa voix contre moi, c'est pourquoi je l'ai haï.

9 Mon héritage est pour moi comme un oiseau de proie tacheté1 ; les oiseaux de proie sont contre lui, tout autour. Venez, rassemblez toutes les bêtes des champs, faites-les venir pour qu'ils mangent !
1 proprement : de diverses couleurs.

10 De nombreux bergers ont ruiné ma vigne, ils ont piétiné mon domaine, ils ont réduit le domaine qui faisait mon plaisir en un désert aride.

11 On en a fait un lieu dévasté ; il est en deuil, [il est] dévasté devant moi. Tout le pays est dévasté, car personne ne le prend à cœur.

12 Sur toutes les hauteurs1, dans le désert, sont venus les destructeurs. Car l'épée de l'Éternel dévore d'une extrémité du pays à l'autre extrémité du pays ; il n'y a de paix pour aucune chair.
1 proprement : hauteurs dénudées ; ici et souvent ailleurs dans Jérémie.

13 Ils ont semé du blé, et ils récoltent des ronces ; ils se sont épuisés, [et] ils n'en ont pas eu de profit. Alors ayez honte de vos récoltes, à cause de l'ardeur de la colère de l'Éternel !

Menaces et promesses adressées aux nations voisines d'Israël

14 « Ainsi dit l'Éternel contre tous mes mauvais voisins qui mettent la main sur l'héritage que j'ai fait hériter à mon peuple, à Israël : Voici, je les arracherai de dessus leur sol, et j'arracherai la maison de Juda du milieu d'eux.

15 Et il arrivera, après les avoir arrachés, que je leur ferai de nouveau miséricorde, et je les ferai retourner chacun à son héritage, et chacun dans son pays.

16 Et s'ils apprennent vraiment [à suivre] les voies de mon peuple, pour prêter serment par mon nom, [en disant] : "L'Éternel est vivant !" — tout comme ils ont enseigné à mon peuple à prêter serment par Baal — il arrivera qu'alors ils seront édifiés au milieu de mon peuple.

17 Mais s'ils n'écoutent pas, alors j'arracherai entièrement cette nation, et je la détruirai, déclare l'Éternel. »

Ce ch. 12 nous rapporte un entretien de l'Éternel avec Jérémie. Il ne s'agit pas cette fois d'une prière du prophète en faveur d'Israël, mais des questions douloureuses qu'il a sur le cœur et qu'il expose à Dieu dans l'amertume de son âme. Les hommes de la ville d'Anatoth, ses concitoyens, avaient été jusqu'à le menacer de mort s'il ne se taisait pas (ch. 11 v. 21 jr 11.18-23). Le v. 6 nous apprend que la famille même de Jérémie avait agi perfidement à son égard et crié contre lui «à plein gosier» (comp. Luc 4:24-26 lc 4.22-30). Il y avait de quoi lui faire perdre courage. Mais l'Éternel comprend le trouble de son serviteur (son propre peuple ne l'a-t-il pas aussi trahi?). Et il lui explique ce qu'il est obligé de faire: abandonner le temple souillé, délaisser Israël, son héritage et le livrer à ses ennemis (v. 7). On peut penser quels sont les sentiments de Dieu en prenant de telles décisions. Afin de nous les faire mesurer, il emploie pour parler de son peuple l'expression la plus touchante: «le bien-aimé de mon âme».

Les nations agissaient comme de mauvais voisins; elles en subiraient les conséquences. Toutefois Dieu avait encore des bénédictions en réserve pour Israël et aussi pour ces nations si elles apprenaient Ses voies.