Jérémie 10:1-25

Jérémie 10:1-25

L'Éternel face aux idoles

10 « Écoutez la parole que l'Éternel prononce sur vous, maison d'Israël!

2 Ainsi dit l'Éternel : N'apprenez pas la voie des nations, et ne soyez pas effrayés par les signes des cieux, car les nations sont effrayées par eux.

3 En effet, les coutumes des peuples sont vides de sens. Car on coupe un bois de la forêt, la main d'un artisan le façonne au ciseau ;

4 on l'embellit avec de l'argent et de l'or ; on le fixe avec des clous et des [coups de] marteaux, afin qu'il ne bouge pas.

5 Ils sont comme un épouvantail dans un champ de concombres1, et ils ne parlent pas ; on doit les porter, car ils ne marchent pas. Ne les craignez pas, car ils ne peuvent pas faire du mal, et même il n'est pas en leur pouvoir de faire du bien.
1 selon d'autres : comme une colonne massive.

6 « Personne n'est semblable à toi, ô Éternel ! Tu es grand, et ton nom est grand en force.

7 Qui pourrait ne pas te craindre, ô Roi des nations ? Car cela t'est dû. Car, parmi tous les sages des nations et dans tous leurs royaumes, personne n'est comme toi.

8 Mais ils sont tous stupides et insensés ; l'enseignement des vaines [idoles], ce n'est que du bois1 !
1 ou : le bois est un enseignement des vaines [idoles].

9 L'argent en plaques est apporté de Tarsis, ainsi que l'or d'Uphaz. [Les idoles sont] l'œuvre de l'artisan et des mains du fondeur ; le bleu et la pourpre sont leur vêtement ; elles sont toutes l'œuvre d'hommes habiles.

10 Mais l'Éternel Dieu est vérité ; lui est le Dieu vivant et le Roi d'éternité. Devant sa colère, la terre tremble, et les nations ne peuvent pas [soutenir] son indignation.

11 « Vous leur direz ainsi : "Les dieux qui n'ont pas fait les cieux et la terre disparaîtront de la terre et de dessous les cieux.1
1 ce verset, dans le texte original, est écrit en araméen.

12 « C'est lui qui a fait la terre par sa puissance, qui a établi le monde par sa sagesse, et qui a étendu les cieux par son intelligence.

13 Quand il fait retentir sa voix, il y a un grondement d'eaux dans les cieux, et il fait monter les nuages depuis les extrémités1 de la terre. Il fait les éclairs pour la pluie, et il tire le vent de ses trésors.
1 littéralement : de l'extrémité.

14 Tout homme est devenu stupide, sans connaissance. Tout fondeur a honte de l'idole sculptée, car son idole moulée est un mensonge, et il n'y a pas de respiration en elles.

15 Elles sont des choses de néant, des œuvres de tromperie. Elles disparaîtront quand viendra le moment d'intervenir contre elles.

16 La part de Jacob n'est pas comme elles, car c'est Lui1 qui a tout formé, et [même] Israël, la tribu de son héritage. L'Éternel des armées est son nom."
1 c.-à-d. : l'Éternel.

Annonce de la destruction imminente de Jérusalem

17 « Ramasse [et porte hors] du pays ce qui t'appartient, toi qui habites dans la ville assiégée1.
1 ou : dans la détresse.

18 Car ainsi dit l'Éternel : "Voici, cette fois je vais lancer, comme avec une fronde, les habitants du pays ; et je ferai venir sur eux la détresse, afin qu'on les trouve." »

19 « Malheur à moi, à cause de ma blessure1 ! Ma plaie est difficile à guérir2. Et moi, j'ai dit : "C'est bien là ma souffrance, et je la supporterai."
1 littéralement : brèche. 2 ou : incurable.

20 Ma tente est dévastée, et tous mes cordages sont rompus. Mes fils se sont éloignés de moi, et ils ne sont plus. Personne ne tend plus ma tente ni ne relève mes abris de toile. »

21 Car les bergers sont stupides, et n'ont pas cherché l'Éternel. C'est pourquoi ils n'ont pas agi sagement1, et tout leur troupeau a été dispersé.
1 ou : ils n'ont pas réussi.

22 Le bruit d'une rumeur ! Voici, elle vient et [c'est] un grand ébranlement [venant] du pays du nord, pour réduire les villes de Juda en un lieu dévasté, en un repaire de chacals.

Prière du prophète pour son peuple

23 Je sais, Éternel, que la voie de l'homme ne lui appartient pas, qu'il n'est pas au pouvoir de l'homme qui marche de diriger ses pas.

24 Éternel, corrige-moi, mais avec justice, non dans ta colère, de peur que tu ne me réduises à rien !

25 Verse ta fureur sur les nations qui ne te connaissent pas, et sur les familles qui n'invoquent pas ton nom, car ils ont dévoré Jacob ! Oui, ils l'ont dévoré, et ils l'ont exterminé, et ils ont dévasté son habitation.

S'il existe un ancien et bon chemin dont nous avons à nous enquérir (ch. 6 v. 16 jr 6.16-17), il en est un autre que nous devons nous garder d'apprendre (v. 2): celui des nations, autrement dit du monde. En fait, tous nos contacts avec celui-ci tendent à nous imprégner de ses façons de vivre et de penser. Nous ne pouvons évidemment pas nous soustraire à ces contacts, et certains parmi nous y sont plus particulièrement exposés à cause de leurs occupations. Mais n'ayons en tout cas aucune curiosité ni intérêt pour «ces choses qui sont dans le monde» (Rom. 16:19 fin rm 16.19-20). L'exemple de Dina en Gen. 34:1 gn 34.1-5 constitue un avertissement sérieux. Méfions-nous de certaines compagnies, de certains livres, prêts à nous instruire de ce dangereux chemin-là. Nous n'ignorons pas où il conduit ceux qui le suivent (Matt. 7:13 mt 7.13-14). Ce qui caractérise les nations au temps de Jérémie (de même que le monde actuel) c'est le service des idoles. Dieu déclare ce qu'il en pense et le fait dire à ces nations au v. 11 dans leur propre langue (ce verset est écrit en araméen).

Le v. 23 nous rappelle une double vérité: Le jour de demain n'est pas à nous pour en disposer (Jac. 4:13 jq 4.13-17). Et nous ne sommes pas capables de diriger nos propres pas. Jérémie savait cela. Chacun de nous l'a-t-il appris?