Proverbes 4:20-27; 5:1-23

Proverbes 4:20-27; 5:1-23

20 Mon fils, sois attentif à mes paroles, incline ton oreille à mes discours.

21 Qu'ils ne s'éloignent pas de tes yeux ; garde-les au-dedans de ton cœur.

22 Car ils sont la vie de ceux qui les trouvent et la santé de tout leur corps1.
1 littéralement : toute leur chair.

23 Garde ton cœur plus que tout ce que l'on garde1, car de lui viennent les sources2 de la vie.
1 ou : plus que tout ce que tu gardes. 2 ou : sont les résultats.

24 Écarte de toi la fausseté1 de la bouche et éloigne de toi la perversité des lèvres.
1 ou : la perversité.

25 Que tes yeux regardent droit en avant et que tes paupières se dirigent droit devant toi.

26 Pèse1 le chemin de tes pieds et que toutes tes voies soient2 bien assurées3.
1 c.-à-d. : examine. 2 ou : et toutes tes voies seront. 3 littéralement : affermies.

27 N'incline ni à droite ni à gauche ; détourne ton pied du mal.

Mise en garde contre la femme étrangère

5 Mon fils, sois attentif à ma sagesse, incline ton oreille à mon intelligence,

2 afin que tu gardes la réflexion et que tes lèvres conservent la connaissance.

3 Car les lèvres de l'étrangère ruissellent de miel et son palais est plus doux que l'huile ;

4 mais à la fin elle est amère comme l'absinthe, aiguë comme une épée à deux tranchants.

5 Ses pieds descendent vers la mort, ses pas atteignent le Shéol1,
1 Shéol : expression très vague désignant le séjour des âmes séparées du corps.

6 de sorte qu'elle n'examine pas le sentier de la vie. Ses voies sont errantes ; elle n'a pas de connaissance1.
1 ou : ses pas atteignent le Shéol (verset 5). Afin que tu n'examines pas le sentier de la vie, ses voies sont changeantes ; tu ne [les] connais pas.

7 Et maintenant, [mes] fils, écoutez-moi et ne vous détournez pas des paroles de ma bouche !

8 Éloigne ton chemin d'auprès d'elle et ne t'approche pas de l'entrée de sa maison,

9 de peur que tu ne donnes ton honneur à d'autres et tes années à l'homme cruel ;

10 de peur que des étrangers ne se rassasient de tes biens et que ton travail ne soit dans la maison d'un étranger ;

11 et que tu ne gémisses à ta fin, quand ta chair et ton corps s'épuiseront ;

12 et que tu ne dises : « Comment ai-je haï l'instruction et mon cœur a-t-il méprisé les réprimandes ?

13 Comment n'ai-je pas écouté la voix de ceux qui m'instruisaient, ni incliné mon oreille vers ceux qui m'enseignaient ?

14 Peu s'en est fallu que je n'aie été dans toutes sortes de malheurs au milieu de l'assemblée et de la communauté. »

15 Bois des eaux de ta citerne et de ce qui coule du milieu de ton puits.

16 Tes sources se répandront au-dehors, des ruisseaux d'eau sur les places.

17 Qu'elles soient pour toi seul et non pour des étrangers avec toi.

18 Que ta source soit bénie et réjouis-toi de la femme de ta jeunesse,

19 biche des amours et gazelle pleine de grâce. Que ses seins t'enivrent en tout temps ; sois continuellement épris de son amour.

20 Et pourquoi, mon fils, serais-tu épris d'une étrangère et embrasserais-tu le sein d'une inconnue ?

21 Car les voies de l'homme sont devant les yeux de l'Éternel et il examine tous ses chemins.

22 Le méchant, ses iniquités le saisiront et il sera retenu par les cordes de son péché.

23 Lui, il mourra faute de discipline1 et il s'égarera dans la grandeur de sa folie.
1 ou : d'instruction.

Tous les sens, tous les organes vitaux du croyant doivent demeurer sous le contrôle de la sagesse. Cette sagesse, cher ami chrétien, Dieu l'a mise à ta disposition (Jacques 1:5 jq 1.5-8). Par elle, tu es responsable de surveiller ton oreille (verset 20), tes yeux (versets 21, 25), tes pieds (versets 26, 27; voir Psaume 119:101 ps 119.101), tes pensées, tes lèvres (ch. 5 v. 2). Et, par-dessus tout, ton cœur, ce centre moteur qui gouverne l’être entier (ch. 4 v. 23). S’il est pris, c’en est fait de toi. Combien ont manqué leur vie, combien ont versé des larmes amères, pour avoir, au temps de leur jeunesse, laissé se développer en eux une affection qui n'était pas selon le Seigneur!

Si les lèvres sont la porte de sortie du cœur, les yeux en sont la principale porte d'entrée. Veillons donc à ce que nos yeux regardent droit en avant. Qu'ils se fixent sur Jésus, but de la course de la foi (Hébreux 12:2 hb 12.1-3)! De cette façon aucune convoitise ne pourra y trouver un accès complaisant.

Les v. 8 et suivants décrivent la misère de celui qui s’est laissé détourner par «l’étrangère»: il donne «ses années à l’homme cruel» (v. 9). Nous n’avons donné que trop de nos années à Satan avant notre conversion. Voudrions-nous retourner sous son emprise?